Lettre a toi qui voyage

14 août 2014

voyage1

 

Cher voyageur,

Voilà plusieurs mois que tu es sur la route. Sur les routes devrais-je dire. Ton itinéraire, ou non-itinéraire, t’a emmené à travers l’Asie, l’Amérique, l’Australie peut-être?… Peu importe, tu baroudes, tu profites, tu t’émerveilles chaque jour. Tu es libre.

Depuis plusieurs mois déjà, tu as pratiquement oublié ce qu’était un calendrier, une montre ou un réveil. Ces derniers objets ne te servent plus qu’à l’occasion, comme lorsqu’il te faut prendre un train, un avion, ou un bus.

Depuis quelques mois déjà, tu ne prends plus le métro, le bus ou le train pour te rendre au boulot. Les voyages quotidiens ont revêtu ainsi une nouvelle saveur pour toi. Le train t’emmène toujours plus loin, le bus te permet d’être au contact des autres, le métro t’offre une vision des entrailles du pays que tu visites. Tu n’as d’ailleurs jamais autant photographié les quais du métro.

Depuis quelques mois déjà, tu t’en fous des vêtements que tu portes. Du moment que cela te couvre, te réchauffe quand il fait froid, ou te protège quand le soleil est de mise -chose qui arrive relativement souvent dans les pays que tu traverses. Mais tu ne cherches pas forcément à être beau, à être belle, tu t’en fous en fait. Le regard des autres t’importe peu, ne t’importe plus. Et pour cause, c’est toi aujourd’hui qui regarde les autres. Pour une fois peut être, ton regard n’a jamais été aussi peu tourné vers toi même. Et tu as bien raison, et c’est sûrement ce qui te rend plus beau.

Depuis quelques mois déjà, tu as oublié la plupart des règles d’hygiène qui régissaient ta vie d’avant. Tu manges avec des doigts pas toujours propres et tu ne sais d’ailleurs pas toujours ce que tu manges. Ta seule préoccupation est de toujours avoir une bouteille d’eau minérale à portée de main. Et puis c’est tout. Finalement le reste, tu t’en fous.

Depuis quelques mois déjà, tu as appris mille fois plus de choses qu’à tous les cours d’Histoire et de Géographie auxquels tu as assisté dans ta vie. Dans le vraie vie, c’est beaucoup mieux il faut dire. Mieux que dans les bouquins.

“On ne vous donne qu’une seule étincelle de folie, il ne faut absolument pas la perdre” disait notre ami Robin Williams.

Te souviens-tu des gens qui t’ont traité de fou à l’annonce de ton projet?

Mais…depuis quelques jours, tu ne files plus aussi vite lorsqu’il s’agit de faire, refaire, défaire ton sac à dos.

Depuis quelques jours, tu es fatigué, tes proches te manquent, la bouffe aussi. Et un appart, un lit, une douche rien à qu’à toi.

Depuis quelques jours déjà, tu te demandes si tu ne vas pas écourter ce voyage. Les gens que tu croises t’énervent, t’agacent. Ces coutumes, ces manies que tu trouvais exotiques te semblent même parfois stupides. Tu ne les comprends plus. Tu n’y arrives plus.

Depuis quelques jours déjà, tu as “le blues du voyageur”. On dit, on dit… que ça arrive à tout voyageur au long cours! Que ça s’attrape, comme le virus du voyage, au bout de quelques mois de route. Je ne te blâme pas, je l’ai vécu aussi.

Mais parce que je l’ai vécu, j’ai envie de te dire cela: ” Arrête de te plaindre, regarde devant toi, remonte en selle, et file!“… Profite, profite, profite, de chaque seconde… Tes soucis ne sont rien comparé à la grande liberté que t’offre ce voyage… Cette liberté vaut de l’or, elle est rare! Garde toujours intacte cette étincelle de folie qui t’a permis de trouver la force de tout quitter, d’affronter tes peurs, tes proches. Garde-la intacte et cultive-là, chaque jour, chaque instant passé sur les routes. Non, ce que tu vis n’est pas commun. Tu t’es donné une chance absolument fantastique de réaliser un rêve inaccessible pour tellement de gens…Ne perds pas ton temps, ne perds aucun de ces précieux instants.

Depuis quelques mois déjà, je repense à tous ces mois passés sur la route. A toutes ces choses que j’ai apprises en cours de route, à tous ces gens que j’ai croisé, à tous ces plats que j’ai goûté, à toutes ces photos que j’ai prises, à toutes ces langues apprises, à tous ces bus, ces trains, ces avions, ces bateaux qui m’ont emmenée chaque fois toujours plus loin, à tous ces paysages fabuleux que j’ai découvert, l’un après l’autre, toujours superbes, chaque fois différent, à tous ces modes de vies, ces difficultés auxquelles je me suis confrontée…depuis quelques mois déjà, je repense à mon voyage.

Aujourd’hui, ma vie est toujours aussi belle. Je m’y emploie chaque jour, je veux toujours et encore me dépasser pour parvenir à mes fins, obtenir ce que je souhaite, comme je l’ai fait pendant ces longs mois sur la route. Mais…la liberté n’est plus la même. L’étincelle est toujours là, mais un peu en veille. Le terrain de jeu s’est réduit, il faut dire.

N’aies pas peur du retour, il fait partie du voyage. Il en est une étape incontournable. Mais tu n’en es pas encore là! Tu es encore sur la route!

Tellement de choses t’attendent là, dehors, tout près! Qu’attends-tu? Ouvre ta porte, mets de côté fatigue et soucis, et…file!

 

 

24 Commentaires

  1. Commentaire par Jennifer

    Jennifer Répodnre 14 août 2014 at 19 h 04 min

    Revenue depuis peu, je ne peux que lire ton texte et verser une petite larme. Très touchant, surtout quand on sait exactement de quoi il retourne. Chapeau!

  2. Commentaire par allolemonde

    allolemonde Répodnre 14 août 2014 at 19 h 12 min

    Après 3 mois de voyage, je n’ai pas encore ressenti ce sentiment, je me réjouis chaque jour de cette formidable opportunité mais je tacherai de me souvenir de ce joli texte ou le re-lierai en cas de coup de blues !

  3. Commentaire par padoune

    padoune Répodnre 14 août 2014 at 19 h 24 min

    Wahou ton texte m’a donné des frissons, si bien écrit, on ressent avec toi ce que tu vis et c’est touchant… Franchement, je donnerais tout pour vivre ce que tu vis, alors oublie tout et éclate-toi ! c’est une chance magnifique que tu as et tu auras bien le temps de déprimer et ressasser à ton retour, alors profite de l’instant présent, de ces moments partagés que tu garderas en mémoire toute ta vie, ce sont les plus beaux moments de ta vie, c’est ça qu’il faut te dire ! Bonne continuation, plein de force et de courage pour la suite de tes aventures, et continue de nous faire vibrer !!

    xxx
    padoune

  4. Commentaire par Pierrick

    Pierrick Répodnre 14 août 2014 at 22 h 21 min

    Ce texte est bien écrit mais ma foi, le fond est assez simpliste je trouve, non ? – Ça revient à dire qu’il faut profiter de chaque instant car le voyage passe vite, tout comme la vie en brève.

    Avant que je ne voyage, je pensais, en lisant la plupart des blogs de voyage, que voyager était quelque chose qui n’était pas donné à tout le monde et qu’il fallait être sacrément courageux et un peu fou en passant …

    Mais maintenant, avec un œil plus éclairé, j’ai l’impression parfois que les blogueurs voyage ont tendance à en faire un peu trop, sur le côté aventuresque. Certes le voyage réserve milles et une surprise mais en fin de compte.. Mais il faut tout même préciser que chaque pays ( je pense particulièrement sur le continent asiatique ) , tout est fait pour le touriste et il n’est donc pas si difficile de voyager, soyons honnête !

    Et pour conclure, je dirais que voyager reste la plus belle expérience que l’on peut vivre .;. goûter à un petit paradis sur terre où tout semble plus facile, mais il faut savoir revenir à la réalité, mettre de côté ce monde fabuleux dans lequel on a vécu pendant des mois, les rencontres, les cultures, les saveurs, etc … et essayer de retrouver une petite routine pas trop routinière ma foi !

    Je veux pas paraître aigri ou autre, attention, mais voilà !

    Peace.

  5. Commentaire par Laurent

    Laurent Répodnre 14 août 2014 at 22 h 29 min

    Quelle plume Lydia, comme d’hab cela dit, c’est l’inverse qui eut été une surprise ! Bon alors par contre, j’ai remarqué que sur les photos où les gens sautent en l’air, d’habitude, ils remontent les pieds en arrière pour faire croire qu’ils ont sauté plus haut ;-)
    Eh oui, les ronchonots, c’est interdit, forbidden, verboten … enfin, tout ça quoi ! Profitons du voyage, car à quelques exceptions près, il n’est pas éternel.

  6. Commentaire par Nowmadz

    Nowmadz Répodnre 14 août 2014 at 22 h 51 min

    @Laurent. Merci…. ;-) Pour le saut, figure toi que j’ai AUSSI la photo avec les pieds relevés, tiens, j’aurai dû y penser. Mais il était vachement haut mon saut en vrai, si-si! Non, le voyage n’est pas éternel. Et même si c’est pas toujours facile, il faut tacher de s’en rappeler, même dans les moments un peu plus pourris. Mais une fois encore, ce n’est pas toujours facile…

  7. Commentaire par Nowmadz

    Nowmadz Répodnre 14 août 2014 at 22 h 53 min

    @Jennifer – Bon retour à toi, merci pour ton message… c’est souvent sur la fin que l’on s’aperçoit des choses dont on n’a pas profité à fond… n’avoir aucun regret me semble impossible, essayer d’en avoir le moins possible est déjà une bonne chose… à bientôt :)

  8. Commentaire par Nowmadz

    Nowmadz Répodnre 14 août 2014 at 22 h 55 min

    @Pierrick … non, non, tu n’es pas aigri, je vois bien ce que tu veux dire… ce que je dis là, c’est simpliste, tu as raison, mais ça vaut tout de même la peine d’être dit…
    C’est du vécu, du personnel. Peut-être ai-je quelques regrets moi-même? Peut-être ai-je la sensation de n’avoir pas profité à fond de tous ces moments que m’offrait le voyage, qui reste tout de même un événement plutôt extraordinaire à vivre dans une vie… Oui, le voyage aujourd’hui, ce n’est plus l’aventure, je suis d’accord. En revanche, ça n’enlève rien au côté magique de la chose, celle de pouvoir se lever chaque matin sans autre « obligation » que celle d’aller voir le monde! C’est quand même pas rien…cette liberté, quand tu sors du monde des voyageurs, quand tu reviens à ta vie d’avant, elle est très, très dure à retrouver… même en retrouvant une routine « pas trop routinière »… c’est en cela qu’à mon sens, il faut profiter de chaque seconde de son voyage…Il y a eu des moments pour ma part où j’étais trop occuper à me plaindre, à ronchonner, à faire la gueule. Et je suis passée à côté de choses que je ne referai certainement jamais dans ma vie… c’est humain, hein… mais voilà, aujourd’hui, en y repensant, ben je me dis que j’ai été bien bête…et c’est trop tard!

  9. Commentaire par Nowmadz

    Nowmadz Répodnre 14 août 2014 at 23 h 02 min

    @allolemonde… Profite, profite oui! ;)

  10. Commentaire par Amandine

    Amandine Répodnre 15 août 2014 at 10 h 52 min

    Très touchant …

    Cela nous est arrivé lors de notre précédent voyage au long cours en Amérique du Sud. Assez de l’agitation, du bruit, du côté “envahissant” de la vie finalement … envie de calme, d’une douche et d’un lit. Nous ne nous sommes pas forcés, nous avons trouvé un logement avec accès à la cuisine, une salle de bain propre, un des communs agréables … Revigorant ! Nous avons pu faire de belles rencontres à cet endroit, qui ont changé notre manière de voir la vie et le voyage. S’arrêter par moment peut aussi faire partie du processus du voyage ;)

    Je lis ton article avec un regard très différent, moi qui repars dans quelques semaines … Et s’il me touche, disons surtout qu’il me donne la pêche : je me dis que bientôt je pourrai revivre ce sentiment d’en avoir marre de bouger tous les jours … et j’ai hâte ! :p

  11. Commentaire par Nowmadz

    Nowmadz Répodnre 17 août 2014 at 22 h 50 min

    @Amandine- Ahah, oui, c’est une approche originale que la tienne…avoir hâte de revivre ce raz le bol, oui, parce que ça veut dire que tu es à nouveau sur la route… comme je te comprends! Et comme je t’envie aussi… c’est humain, hein, ces moments de raz-le-bol…on n’est pas des robots…mais juste dés fois, faut pas oublier que le quotidien d’un voyage n’est pas n’importe quel quotidien! … Vous devez avoir hâte de repartir j’imagine!… :-))

  12. Commentaire par Nowmadz

    Nowmadz Répodnre 17 août 2014 at 22 h 52 min

    @Padoune – Merci de ton message…Merci, merci… j’ai bien profité, oui, oui :)) Mais il y a toujours des moments “où j’aurais pu mieux faire”… toujours, toujours!

  13. Commentaire par Adrien

    Adrien Répodnre 18 août 2014 at 4 h 51 min

    C’est un très beau texte.
    J’ai déjà vécu cette sensation et de lire ton texte m’a fait remonter tous ces souvenirs où tu es à la fois heureux de voyager et frustrer de ne pas avoir de “chez toi”.

  14. Commentaire par Schuldi

    Schuldi Répodnre 18 août 2014 at 12 h 44 min

    Très chouette cet article, je suis rentrée depuis environ 3 mois et avec mon homme on pense repartir début janvier… l’aventure nous manque !
    Schuldi

  15. Commentaire par Pierrick

    Pierrick Répodnre 20 août 2014 at 13 h 49 min

    J’ai apprécié ta réponse .. !

    C’est vrai qu’après coup, comme tu le dis, on peut regretter certains moments où on a pu se plaindre ou ronchonner et lorsque l’on revient à la réalité, on se rend compte qu’il n’y avait aucune raison d’être ronchon !

    Hélas, c’est trop tard et c’est surement là que ton article prend tout son sens … Malheureusement, je pense que la plupart des gens qui acquiesceront ton article le feront car ils ont les mêmes regrets, et je doute que cela puisse en soi changer la mise pour les futurs voyageurs ( bien dommage ) car on ne se rend compte de notre chance qu’une fois qu’on est rentré.

    Le problème avec le voyage, c’est qu’on s’habitue très rapidement et donc on redevient très vite ronchon ! On devrait subir une petite piqûre de rappel pour nous rappeler à quel point la vie est belle quand on est libre !

    Au plaisir :)

  16. Commentaire par Mathieu

    Mathieu Répodnre 21 août 2014 at 3 h 31 min

    Ton post dit tout ce que l’on resent quand on quitte notre coin de pays. Tu m’as fait bien rire quand tu dis que l’on ne sait pas trop ce que l’on mange des fois. Le McDonald’s est loin des fois (même si on se demande des fois ce que l’on mange au Mcdo aussi :-) )

  17. Commentaire par Nowmadz

    Nowmadz Répodnre 22 août 2014 at 21 h 43 min

    @Mathieu… tu ne crois pas si bien dire en parlant de McDo: ça nous est arrivé plus d’une fois de nous y réfugier, pourtant je n’en suis absolument pas fan du tout. Mais au moins là bas, on savait (à peu près) identifier ce que l’on mangeait!

  18. Commentaire par Nowmadz

    Nowmadz Répodnre 22 août 2014 at 21 h 46 min

    @Pierrick…merci à toi pour ton passage ici… ;-) Finalement, cet article, c’est peut être simplement à moi-même que je l’adresse, comme un aveu, ou une confidence… je me suis plains tellement de fois durant mon voyage… et aujourd’hui vient le temps des regrets! Je sais bien que mon post n’aura qu’une faible portée auprès de ceux qui sont encore en route… il faut avoir perdu cette liberté pour savoir combien elle est précieuse, malheureusement…à bientôt, oui!

  19. Commentaire par Nowmadz

    Nowmadz Répodnre 22 août 2014 at 21 h 48 min

    @Schuldi… vous avez bien raison et de la chance de pouvoir repartir… j’en meure d’envie de mon côté! Pour le moment, ce n’est pas d’actualités, mais le projet n’est certainement qu’ajourné!…

  20. Commentaire par Nowmadz

    Nowmadz Répodnre 22 août 2014 at 21 h 49 min

    @Adrien… Merci de ton passage ici… tellement de souvenirs sont remontés à l’écriture de ce post, je suis heureuse qu’il t’ait permis d’en faire de même à sa lecture… à bientôt

  21. Commentaire par Bianca @La Grande Déroute

    Bianca @La Grande Déroute Répodnre 23 août 2014 at 6 h 19 min

    Beau texte!

    Moi qui ne vis pratiquement plus de “blues du retour” (comme on en discutait il n’y a pas si longtemps dans les commentaires à la suite d’un article de @Un sac sur le dos), je vis à chaque voyage un “blues de voyageur”. Court, bref, mais immanquable. Généralement après plusieurs semaines, et pas très loin de la fin. Par contre, je n’en regrette aucun. Je ne me dis pas “ah, mais il fallait profiter de chaque instant…”. Je me dis qu’à ce moment, j’avais ces sentiments à vivre et qu’ils font eux aussi, partie du voyage. Je devais les vivre eux aussi. Je ne les vois pas de façon négative. Souvent, j’y ai trouvé des réponses à des questions pas encore posées sur moi-même..

    Ce “j’en ai marre”, il est là pour une raison. L’important (toujours à mes yeux), c’est qu’il ne dure pas trop, qu’il ne gâche pas, qu’il ne mette pas en péril le voyage. Mais un petit moment comme ça, ça remet, je trouves, parfois les choses en perspectives.

    Il n’y a pas un voyage où je ne l’ai pas vécu (rarement plus de 24 heures, mais quand même). Fait dire que je le vis aussi au cours de projets hors voyage, hihi!

    M’enfin, bref. Je crois que c’est la première fois que je commentes ici, à bientôt :)

  22. Commentaire par Marjorie & Bastien

    Marjorie & Bastien Répodnre 8 septembre 2014 at 11 h 26 min

    Très bel article qui nous montre un peu ce qui nous attend…!
    J-14 pour notre départ en tour du monde et même si nous sommes assez confiants et très impatients, nous savons que nous n’échapperons pas au blues du voyageur, au mal du pays ! Nous essayerons de gérer ça au mieux en gardant à l’esprit la chance que nous avons de pouvoir réaliser notre rêve !

  23. Commentaire par Nowmadz

    Nowmadz Répodnre 9 septembre 2014 at 16 h 11 min

    @Marjorie et Bastien, “J-14″…ça nous laisse rêveurs…!! Profitez à fond hein! Des moments de blues, bien sûr qu’il y’en aura, ça fait partie du jeu, mais ne les laissez pas prendre le dessus… à bientôt, donnez nous des nouvelles ;)

  24. Commentaire par The Green Geekette

    The Green Geekette Répodnre 19 novembre 2014 at 2 h 38 min

    Pfiou comment je me retrouve dans ce texte… J’ai pratiquement écrit un article du même genre il y a quelques mois alors que j’étais en plein dans mon voyage (d’ailleurs je l’avais appelé le “burn out du voyageur” je crois, un peu comme le blues en fin de compte…) C’est exactement comme tu dis, j’étais rendue au point où j’avais juste envie “d’un appart, un lit, une douche rien à qu’à (m)oi”. C’est passé et j’ai continué à voyagé, mais aujourd’hui je suis bien contente d’avoir retrouvé un semblant de quotidien, même si c’est pour mieux repartir bientôt! Je vais essayer de la cultiver cette étincelle de folie. ;-)

Laisser un commentaire

Allé en haut