Visite de Sigiriya, Dambulla et Kandy

6 septembre 2012

La suite de notre route à la découverte du Triangle Culturel, au Sri Lanka. Après avoir exploré les sites d’Anuradhapura et de Polonnaruwa, nous voilà en route pour la visite de Sigirya, Dambulla et Kandy.

Jour 5, une grosse journée de route et de visites

Coupalli, notre chauffeur, vient nous chercher à 7h ce matin là. A la place de la chouette voiture climatisée que nous attendions, nous avons un vieux Nissan, seconde main en provenance du Japon, sale et déglingué. Mais au moins on sera seuls, on pourra s’arrêter quand bon nous semble, et c’est déjà un luxe.

Coupalli n’est pas très causant non plus. Il fait son job, c’est tout. A l’annonce de son prix hier, on a manqué s’étouffer. 55 €, alors que les guides annoncent une moyenne de 45 €. C’est les prix d’aujourd’hui, qu’on nous a dit. Chic, merci ! On a mollement négocié 500 roupies, on lui donnera donc 8500 roupies, ce qui est déjà pas mal.

Il faut reconnaitre que Coupalli conduit avec précaution. Il s’arrête de temps en temps pour qu’on prenne des photos. On traverse un parc naturel, il roule presque au ralenti, parce qu’il y a des éléphants sauvages dans ce parc ! Peut être arrivera-t-on à en apercevoir ? Par endroit la route est totalement défoncée.

La faute aux éléphants qui passent leur temps à la traverser, il y a des énormes nids de poule, et pratiquement plus de goudron.

Notre premier arrêt est à Sigiriya.

Il y a une ancienne citadelle construite au Vème siècle par le fils du roi d’Anuradhapura.

Anuradhapura, à cette époque était la capitale du pays, la cité du roi. Elle le fût pendant près de 14 siècles. Vers l’an 1000, elle fût détruite et la capitale se déplaça alors à Polonnaruwa.

Au Vème siècle, le roi Dhatusena avait deux fils. L’un deux complota afin d’obtenir le trône qui devait normalement revenir à son aîné. Il assassina son père et chassa son frère. Celui-ci se réfugia en Inde, mais promit de revenir venger son père.

Pour lui échapper, le frère sournois partit à Sigiriya où il fit construire une forteresse imprenable. Mais près de 18 ans plus tard, le frère aîné revint à la tête d’une armée et ne tarda pas à prendre la citadelle. Il fit exécuter son traitre de frère, reprit son trône, abandonna Sigiriya pour revenir à Anuradhapura.

 

Visite de Sigirya, Dambulla et Kandy

Le rocher de Sigiriya

 

La visite de la forteresse est vraiment agréable. On commence par traverser les jardins royaux, agrémentés de divers bassins. Puis on grimpe. On passe devant les « demoiselles » fresques peintes à même le rocher. Enfin on arrive au sommet. Il n’y a plus grand-chose du palais royal, mais on arrive à imaginer la construction, et surtout le travail qu’elle a dû représenter. Il y a à nouveau des bassins de partout, ainsi qu’une grande piscine royale.

La balade se fait au milieu des singes, à qui on donne quelques bananes. Mais on passe également devant des nids de guêpes ou frelons plutôt inquiétants!

 

visite de Sigirya, Dambulla et Kandy

 

Nous partons ensuite pour Dambulla. Il commence à faire vraiment très chaud. A chaque fois que nous mettons le pied dehors, nous sommes instantanément trempés. On boit beaucoup d’eau, cette chaleur est écrasante.

La « spécialité » de Dambulla, c’est le Temple d’or. Créé au 1er siècle avant JC, par un Roi d’Anuradhapura. Il s’agit en fait de 5 salles, creusées dans la roche. Aux plafonds, de nombreuses fresques retraçant la vie de Bouddha, qui, elles, datent du 18ème siècle.

 

visite de Sigirya, Dambulla et Kandy

 

A nouveau, un lieu de culte bouddhiste puisque dans chacune des salles, il y a des Bouddhas, des dizaines de Bouddhas, assis, debout, ou couchés. A l’extérieur et surplombant le temple trône un immense bouddha doré, offrande japonaise datant de 2000.

 

visite de Sigirya, Dambulla et Kandy

 

La visite terminée, il est midi passé. Nous avons faim, et Coupalli non plus n’a pas mangé. Il nous emmène dans une gargote perdue au milieu de la savane, où nous mangerons un très bon rice n’curry. Coupalli mange avec nous. On l’observe en cachette, il mange avec les doigts…

Puis nous nous arrêtons dans “un jardin d’épices”

Un guide nous fait une visite intéressante. Même si nous retrouvons pas mal de plantes déjà vues en Indonésie, on en découvre d’autres, comme l’arbre à poivre, ou les pousses d’ananas ! Le guide nous barbouille de potions dîtes naturelles et surtout miraculeuses.

L’une promet une épilation définitive, l’autre enlève tous les maux de tête, de gorge et sinusite, et la dernière lisse la peau, enlève les cernes, ouaaah!

On repartira quand même avec une huile qu’ils appellent « Shanel natural » en référence à Chanel bien sûr. C’est une huile qui sent bon, qu’on peut mélanger à la lessive, ou simplement se parfumer avec.

 

visite de Sigirya, Dambulla et Kandy

 

Fin de la journée, on arrive à Kandy. Là, à nouveau un paysage différent. Kandy est un peu en altitude, il y fait déjà plus frais, et c’est surtout plus humide. Kandy est une grosse ville, pleine de voitures et de pollutions. Comme on arrive en pleine heure de pointe, on en prend plein les poumons, et forcément, notre première impression n’est vraiment pas terrible.

Coupalli nous dépose dans une guesthouse qu’il connait bien, et qui est là encore, impeccable. Propres, les chambres sont d’un standing digne d’un grand hôtel. On paie un peu plus que d’habitude, mais sans aucun regret.

Avant de nous quitter, Coupalli réclame son dû, et même un peu plus. « 500 roupies extra? » Ah bon, et depuis quand on réclame un pourboire ? Sans compter que le bougre s’est invité à midi, sans même nous en remercier! Notre bonne éducation fera qu’on lui laissera un peu plus, mais c’est franchement culotté, vu en plus le prix exorbitant de la balade.

Kandy

Kandy ville religieuse et sacrée, est aussi considérée par les cinghalais comme la seule capitale du pays, bien qu’elle ne le soit pas. Elle a été la dernière capitale du royaume, et ses habitants sont donc les cinghalais les plus « purs », à la différence des habitants des Basses Terres (Colombo et sa région). Ils appartiennent à la plus haute caste du pays.

Il y a ici en effet un système de castes, un peu différent cependant ce celui qu’on connait un Inde. Il faut dire que religion, culture et mode de vie sont imprégnés à la fois des coutumes tamouls (venus de l’Inde) et cinghalaises. Le système de castes est normalement réservés aux hindouistes, mais les rois bouddhistes du Sri Lanka l’ont quand même adopté, puis adapté.

En fait, tout comme ces histoires de Bouddhisme, hindouisme etc, c’est assez compliqué à comprendre, ou tout du moins, il nous faudrait plus de temps !

 

visite de Sigirya, Dambulla et Kandy

 

Kandy est surtout connue pour son Temple de la Dent, haut lieu de pèlerinage. A l’intérieur serait en effet conservée la dent de Bouddha.

Elle est bien sûr cachée et protégée, mais le lieu est empreint d’une ferveur assez incroyable. Les gens prient, et prient tellement qu’ils sont comme transcendés. C’est assez spectaculaire à voir, plus que le temple en lui-même. Nous visitons également le musée du Temple. Comme on arrive assez tard, un bonhomme que l’on prend pour le gardien du musée, nous fait une visite accélérée, sans qu’on lui demande quoique ce soit. On se dit que l’homme est bien gentil.

Il nous décrit les objets que l’on voit, nous explique les reliques, l’histoire du temple, de la dent. Il nous raconte l’attentat de 1998, quand les rebelles Tamouls du LTTE ont fait exploser le temple.

Et puis à la fin, il nous réclame de l’argent. Parce que bien sûr, rien n’est gratuit ici ! Et plutôt que de se présenter et de nous proposer ses services, il s’est carrément imposé !

Bon, on l’a mauvaise, ça nous gâche un peu la visite. C’est pas tant pour ce qu’on lui donne, l’équivalent d’un euro, mais c’est plutôt la manière.

 

visite de Sigirya, Dambulla et Kandy

 

Alors qu’on sort du temple et qu’on récupère nos chaussures laissées à la consigne, le gars là bas nous réclame avec aplomb à son tour 100 roupies. Sauf qu’au dessus de sa tête un écriteau disait bien que la consigne des chaussures était volontaire et bénévole, et donc gratuite. Les donations sont néanmoins les bienvenues.

Déjà échaudée par le guide du musée, je réponds à l’autre que ce n’est pas une donation si c’est réclamé. Non mais ! Il reste ébahit tandis que nous partons avec nos chaussures.

Après 5 jours passés dans ce pays, il est bien sûr un peu tôt pour dresser un bilan. Sauf qu’on remarque quand même que les gens ne sont pas vraiment « sympas ». Je suis assez étonnée de lire les différentes récits et carnets de voyage sur le Sri Lanka, qui parlent du « sourire des Cingalais », de leur « accueil incroyable », et de leur « extrême générosité » … est ce parce qu’on est venus hors saison touristique et qu’ils ont rangé tout cet attirail au placard ?

Ou est ce qu’à force de voyages on sait, à l’inverse du vacancier, maintenant reconnaitre le vrai sourire sincère, du faux commercial ?

 

visite de Sigirya, Dambulla et Kandy

 

On ne dira pas qu’ils sont désagréables, ils font en général le nécessaire pour que l’on soit servit correctement. Mais la barrière touristique est encore plus présente dans ce pays. On les sent fermés, et pas intéressés par nous. Et les prix exorbitants réclamés sur les sites touristiques, les rackets des chauffeurs, guides etc.. nous confirment l’idée qu’en Asie, les occidentaux sont vraiment considérés comme des dollars sur pattes.

Heureusement il y a ici des paysages magnifiques, à couper le souffle

La suite de notre programme est prometteuse, nous allons faire un safari dans un parc national au milieu des éléphants, buffles et  -si nous sommes chanceux- des léopards.

Demain nous prenons un train qui traverse les plantations de thé -le fameux thé de Ceylan- encore un paysage différent. Et pour la fin du voyage, nous longerons la côte sud, à la découverte des plages Sri Lankaises…
Ce pays vaut vraiment le voyage pour sa nature. Et peut-être pour certains de ses hommes qui œuvrent à la conserver.


Découvrez l’ensemble de notre voyage au Sri Lanka à travers tous nos récits!

Nous avons démarré notre voyage par la découverte du Triangle Culturel: Anuradhapura, Polonnaruwa et Kandy sont les 3 principales villes historiques de l’île. Puis nous sommes partis visiter la région des plantations de thé, pour apprendre comment se cultive le fameux thé de Ceylan. Ensuite, nous avons randonné dans le Parc d’Horton Plains, avant de rejoindre Ella, puis Tissaharama. Là, nous sommes partis pour notre premier Safari, au Parc National de Yala. Nous avons croisé éléphants, hérons, crocodiles et même un léopard! Pour finir, nous avons posé nos valises à Tangalle, dans un joli bungalow sur la plage, avant de rejoindre Colombo pour la suite de notre tour du monde…

 

Côté pratique, nous avons listé toutes nos bonnes adresses au Sri Lanka dans cet article, et vous pouvez également lire le bilan de notre voyage.

Besoin d’inspiration? Découvrez ici toutes les bonnes raisons de partir en voyage au Sri Lanka!

 

 

Laisser un commentaire

Allé en haut