Inde: de Delhi à Mandawa

21 septembre 2012

Les premiers jours de notre voyage en Inde du Nord n’ont pas été reposants, loin de là. Julien chope la turista dans les premières 48h et moi je fonds littéralement en larmes lors de notre première sortie dans la capitale

Mon craquage m’a fait du bien. Je crois que j’avais trop lu, trop entendu de choses, et que j’appréhendais vraiment d’arriver en Inde. Je me sens mieux, comme délestée d’un poids.

 

Note pour plus tard, les témoignages des autres voyageurs c’est bien, mais il faut garder du recul, et de l’espace pour se faire sa propre idée !

 

Lundi nous visitons encore un peu Delhi avant de prendre la route de Mandawa. Nous passerons un long moment dans un jardin vraiment paisible, le Lodhi Garden. Un poumon au cœur de la ville dans lequel nous retrouvons quelques uns des magnifiques oiseaux que nous avions pu découvrir au Sri Lanka. Il fait beau, doux, et l’endroit semble irréel, dans cette capitale à la réputation sulfureuse.

 

Inde 17 septembre - Delhi lodi Garden (10)

 

Nous aurons un aperçu de Old Delhi. On n’a pas vraiment envie d’y trainer longtemps. Les maisons sont délabrés, les gens sont assis, debout, couchés sur le moindre centimètre de trottoir disponible. Les vaches vont et viennent à leur gré, et les rickshaws se frayent un chemin entre excréments divers, poubelles, et bus hors d’âge.

Ca klaxonne, ça sent fort, et c’est coloré. Pour autant, nous ne sommes pas choqués. D’ailleurs, on ne l’a encore jamais été jusqu’à présent, et pourtant, nous avons assisté à des scènes jamais vues auparavant. Mais ici, tout semble normal, c’est très curieux.

 

Inde 17 septembre - Route Mandawa (48)

 

Nous partons ensuite pour Mandawa. Le trajet est long, et un peu difficile pour Julien qui a donné raison à la statistique : dans les premières 48H, un touriste sur deux chope la turista. Merci mon chéri de t’être dévoué ! Il faut dire aussi qu’il est allé au devant du danger : au fameux temple Sikh qui m’a rendue malade, un gars distribuait à la fin des genres de boulettes de pâte marron. Imitant les locaux qui un par un tendaient la main afin d’avoir leur gourmandise, il a commencé à le manger, jusqu’à ce que je lui dise qu’à sa place je ne ferai pas ça. Le « pâtissier » était bien local, le pétrin également, et les boulettes étaient moulées à la main. Sale, la main.

Mais rassurez vous, aujourd’hui l’épisode gastrique est passé !

A Mandawa, nous découvrons les Havelis. A vrai dire, il n’y a bien que ça à y voir. Les havelis sont ces grandes demeures construites par les riches marchands à partir du 18è siècle. Chacun voulait bien sûr avoir la plus belle, et cette surenchère a laissé place à un brillant héritage. Les maisons sont toutes peinturlurées d’histoires religieuses, de chasses britanniques, et de vie familiale. Nous avons la chance de dormir dans l’une d’elle, restaurée depuis une dizaine d’année et transformée en hôtel. Les chambres sont atypiques, et propres, l’endroit est vraiment charmant.

 

Inde 17 septembre - Route Mandawa (51)

 

A l’extérieur, le village d’apparence singulière se révèle finalement agréable. Nous hésitons un peu à nous y promener. On a l’impression que pour le coup, c’est nous les extra terrestres. Tout est tellement différent ici, le rythme semble ralenti, les couleurs s’intensifient. Nous attirons la curiosité bien sûr, quelques enfants nous suivent et forment rapidement un petit cortège derrière nous. Nous rencontrons quelques racoleurs, pénibles, et difficiles à décoller. Bon, ça c’est fait. Même si après 3 mois passés en Asie, nous avons l’habitude, mais il est vrai qu’ici, ils sont vraiment, vraiment insistants. 

On a même eu droit au laïus culpabilisateur: “why are you talking to me like that? I’m like you, I’m a human beiiiiiiing!

 

Inde 18 Septembre - Balade dans Mandawa 022

 

Passé ce petit incident, nous allons déjeuner dans un très bon restaurant, accompagné par un jeune indien parlant parfaitement bien le français. Il nous explique un peu l’histoire de son village, et nous emmène ensuite visiter la boutique de sa famille, mais sans jamais nous forcer, ni insister.

Le soir nous allons manger avec Siri, dans sa guesthouse à lui. Nous sommes accueillis couleur locale, là bas il n’y a pas de restaurant, mais l’oncle de la famille part vite s’activer aux fourneaux, et nous sort un repas délicieux.

Installés cahin-caha dans le jardin, nous passons une soirée simple, mais vraiment agréable. Ces gens étaient ravis de nous accueillir, et nous avons été vraiment touchés de toutes leurs attentions.

 

Inde 18 Septembre - Balade dans Mandawa 013

 

Mercredi nous prenons la route de Bîkaner. Une fois encore, une looongue route. Il y a assez peu de kilomètres entre ces villes, mais les routes sont défoncées.Mais nous avons tout notre temps, et la voiture est confortable.

Notre hôtel est à nouveau cosy, confortable à souhait. Et propre. Comme si ça ne suffisait pas, ils ont un chouette restaurant sur le toit, offrant une vue imparable sur cette immense ville qu’est Bîkaner.

 

Inde 20 septembre - Bikaner et Deshnoke 050

 

Avec la musique et les danses folkloriques, les lampions accrochés ici et là, nous sommes vite transportés hors du temps. On se détend enfin, le voyage nous semble moins pesant, la magie de l’Inde commence à opérer…

 

 

〰〰〰〰〰〰

Si vous avez raté notre voyage en Inde:

 

 

 

Laisser un commentaire

Allé en haut