Inde: Deshnoke, des rats et des Jains

22 septembre 2012

Mandawa, petit village connu pour ses Havelis est la première vraie étape de notre circuit en Inde du Nord. Après nous être enhardis dans ses rues, nous prenons la route de nouveau, direction Bikaner. 

Bikaner est fameuse pour son Fort en pierres rouges. Nous y faisons une visite agréable, munis d’un audio guide qui nous livre tous les secrets de sa construction, et nous raconte la vie des Maharadjahs.Nous sommes alors transportés dans un autre temps, un autre monde.

 

Inde 20 septembre - Bikaner et Deshnoke 011

Inde 20 septembre - Bikaner et Deshnoke 024

Inde 20 septembre - Bikaner et Deshnoke 021

Inde 20 septembre - Bikaner et Deshnoke 069

 

C’est ici aussi qu’on aura nos premières photos de groupe.

On sait que c’est une coutume ici, et puis on l’avait déjà vécu en Chine. Nous posons donc avec un groupe de jeunes ados, et celle qui prend la photo semble tellement émue que ses mains ont la tremblote. La photo sera sûrement ratée.

Ensuite nous avons l’immense “privilège” de pénétrer au sein du temple de Karni Mata, à Deshnoke. Il s’agit d’ un temple dédié aux rats. Nous avons cherché à savoir pourquoi une telle idée, et sans trop pousser, nous avons eu droit à pas moins de 3 légendes totalement différentes.

Bon, c’est comme ça, il y a un temple dédié aux rats. Et comme on est en plein Festival de Ganesh, il y a foule qui s’y presse.

 

Inde 20 septembre - Bikaner et Deshnoke 142

Inde 20 septembre - Bikaner et Deshnoke 157

Inde 20 septembre - Bikaner et Deshnoke 146

 

Les femmes aux saris éclatants, les hommes, enfants, tout le monde se bouscule. Ils viennent les bras chargés d’offrandes, de riz soufflés qu’ils viennent déposer religieusement aux pattes de leurs Saintetés les rats… J’imagine que ceux là doivent bien se marrer dans leur petite tête, et penser que ces humains sont décidément bien fêlés.

 

Inde 20 septembre - Bikaner et Deshnoke 150

 

Pour nous, c’est une nouvelle expérience. Après avoir marché dans toutes sortes d’excréments, nous n’avions pas encore ceux des rats à notre palmarès. Tous nos sens sont en éveil, c’est tellement merveilleux. Le toucher, sous nos pieds, la vue de ces petites bestioles, l’odorat, ça sent la pisse, et les bestioles couinent en courant dans tous les sens. On a l’impression de fourrer le nez dans la paillasse d’une animalerie.

Mais très rapidement nous volons la vedette aux rats. Je commets en effet une erreur: armée de l’appareil photo, j’accepte de photographier un jeune garçon indien. Immédiatement je me retrouve entourée d’une bande de dix, puis vingts hommes, insistants tous pour que je les prenne en photo également. Julien me rejoint, et c’est tant mieux pour eux: ils le pressent de les photogaphier, eux, avec moi. Je passe de mains en mains, je pose à droite, à gauche, ça va à une allure folle, je suis totalement dépassée par la situation.

Les hommes s’interpellent entre eux, à qui n’a pas encore posé près de moi. Je ne dois pas bouger, les mains sont fermes, les mots sont presque des ordres. Julien, à son tour, est emporté dans le tourbillon photographique.

On nous refilera même un bébé, un enfant à la couche grasse et qui pleure, hébété de se retrouver ainsi passé de mains en mains. Je pose avec l’enfant, puis c’est au tour de Julien. On n’y comprend rien, c’est n’importe quoi.

C’est finalement Siri qui vient nous tirer de là. Fermement il demande aux hommes de s’écarter et nous escorte jusqu’à la sortie. Notre visite du Temple se trouve ainsi écourtée, nous n’en verrons pas plus.

Sur le retour, nous demandons à Siri pourquoi les gens semblent si pressés de nous prendre en photo. Ses explications semblent peu claires, on comprend que nous agirions un peu comme des portes bonheur pour les indiens. Blancs, occidentales signifient pour eux que nous avons réussi, alors en posant près de nous, ils s’attireraient la chance!

 

Sur la route, nous nous arrêtons devant un Temple Jaïn.

Alors voilà encore une nouvelle religion. Le Jaïnisme. Un dérivé de l’hindouisme peut être, encore qu’on a pas trop bien compris. Juste que les purs et durs se baladent tous nus pour montrer leur parfait détachement du monde matériel, et pour ne faire qu’un avec la nature… Là c’est un étrange bonhomme à tête rouge qui nous accueille, il ressemble un peu au Sam du Seigneur des Anneaux.

Et lui, il est brahmane, et donc Hindou, et pourtant il officie dans ce temple Jain. Vous ne comprenez plus ? Nous non plus … Mais nous y avons fait une visite plutôt rigolote.

 

Inde 20 septembre - Bikaner et Deshnoke 136

 

Le bonhomme est sympa, et nous baragouine des explications avec sa bouche pleine de Bétel. (Le bétel est cette chose que les indiens chiquent pour ensuite recracher des longs jets de salive rouge). Avec lui je ferai même une prière pleine de symboles, swastika en riz colorés, offrandes en sucre. Le temple est joli, l’architecture encore différente. Nous montons au sommet, et après avoir traversé un parterre de fientes de pigeons -pieds nus bien sûr, hé, nous sommes dans un temple tout de même- nous atteignons un point de vue vraiment chouette sur la ville.

 

Inde 20 septembre - Bikaner et Deshnoke 107

 

 

Le midi, nous mangeons avec Siri, il nous emmène une fois de plus dans une gargotte locale

Nous sommes à chaque fois les seuls touristes, mais nous ne sommes pas mal à l’aise. Pourtant les indiens y travaillent à chaque fois d’arrache pied, certains s’asseyant juste devant moi, pour mieux me regarder. On était déjà un peu rodés au Sri Lanka. Là bas les regards étaient lourds, insistants et chargés. Ils venaient autant des femmes que des hommes, des enfants.

Parfois j’ai  vécu de grands moments de solitudes, alors que Julien n’était pas avec moi. Je me souviens d’une fois en particulier où hommes et femmes ont défilés devant moi, s’arrêtant, les hommes en rigolant, les femmes en m’engueulant! Bien sur je n’ai jamais compris à quoi ce traitement était dû. Au départ j’ai trouvé ça vraiment déstabilisant, puis j’ai appris à m’en détacher.

C’est jamais simple, et puis ça dépend surtout de l’état d’esprit du moment. Si on est déjà un peu énervé, le moindre regard peut vite excéder, je m’en rendrai bien compte par la suite!

 

〰〰〰〰〰〰

Si vous avez raté notre voyage en Inde:

 

 

7 Commentaires

  1. Commentaire par Stef

    Stef Répodnre 22 septembre 2012 at 21 h 27 min

    “Ah non, bon.”
    Voilà la phrase qui restera comme une référence quand nous reparlerons de votre périple :)
    bon si vous dormez maintenant, nous, nous allons diner :)
    bisous

  2. Commentaire par Loulou

    Loulou Répodnre 22 septembre 2012 at 22 h 11 min

    Cet article dresse un tableôau plutot noir de la situation. J’ai bien peur que la question de prise de conscience écologique ne soit pas encore acquise dans de nombreux pays, la Bolivie par exemple où chacun jette ses ordures en bas de chez lui ou sur les sites naturels.

    Néanmoins j’ai déjà participé au nettoyage de berge avec la municipalité et je peux témoigner sur le fait qu’en France, c’est encore une minorité qui se sent concernée par toutes ces questions. Les rues de Paris au matin sont propres…car des milliers de personnes sont payées pour ramasser..mais sinon c’est aussi parfois écoeurant… vraiment…

    Ca fait mal au coeur de lire ceci, j’espère que vous profitez quand même de votre tour du monde! Courage pour la suite !

    • Commentaire par Nowmadz

      Nowmadz 25 septembre 2012 at 17 h 28 min

      La saleté est à l’extérieure, partout, et bien réelle ici … par contre, elle n’est ni dans nos têtes, ni dans nos âmes, et tant que nous continuerons ce voyage ensemble, on ne sera jamais malheureux !!

    • Commentaire par plume

      plume 25 septembre 2012 at 18 h 04 min

      on ne doit pas se balader dans les mêmes endroits à Paris. Par ailleurs, il est un peu normal que des services de nettoiement soient mis en place dans les villes. Je vois mal de files de gens de plusieurs kilomètres devant les déchèteries. Ce ne serait pas très écologique. On paie une taxe qui s’appelle T E O M, justement pour le ramassage des poubelles. Car les déchets sont inévitables…

  3. Commentaire par Baglioni Anne Marie

    Baglioni Anne Marie Répodnre 24 septembre 2012 at 1 h 10 min

    Vérification faite sur wikipédia, on découvre que “le temple de Karni Mata, dédié à la mystique qui bénit la création de l’état par Rao Bîkâjî. Le temple est aussi parfois appelé temple des rats car cet animal y est vénéré et prospère en grand nombre dans le temple. En effet, la légende affirme que les âmes des dévots de Karni Mata sont incarnés dans les rats du temple. Il est considéré de bonne augure d’y apercevoir un rat blanc.”
    Re-bises

  4. Commentaire par Marco

    Marco Répodnre 26 septembre 2012 at 20 h 08 min

    Huuum ,fameux ,le bétel !! C marrant
    J ai plus faim
    Bisous a vous 2

    • Commentaire par Nowmadz

      Nowmadz 27 septembre 2012 at 15 h 47 min

      Et encore t’as pas vu leur bouche toute rouge du jus de bétel !! On dirait qu’ils se sont mangés les dents… Hummmm fameux hé !

Laisser un commentaire

Allé en haut