Dans le train pour Guilin

7 juillet 2012

Nous avons passé en tout 8 jours à Pékin, remplis de hauts et de bas, d’enchantements et d’énervements… Notre avis sur cette capitale reste mitigé pour plusieurs raisons. C’était notre toute première destination, le début de notre nouvelle vie de nomades pour les mois à venir. Commencer par la Chine est peut être ardu tant ce pays est complexe et différent du notre !

Pour revenir à Pékin, c’est une très grande ville, pleine de gens et de bruits.

Tout y va très vite tout le temps. Nous avons cherché refuge de temps à autre dans quelques uns de leurs parcs magnifiques, mais ceux-ci étant tous payant il est difficile d’y aller très souvent. Nous avons goûté à l’atmosphère particulier de cette énorme capitale, le temps était maussade pendant les 8 jours, couplé à la pollution, le cocktail était explosif, et souvent déprimant …

C’est après ce constat fait ensemble que nous avons décidé de nous mettre au vert et d’aller poser nos valoches dans la jolie ville de Yangshuo. Ville de la province du Guangxi, Yangshuo est paisible et verte, les paysages s’y étendent à perte de vue, il fait y fait beau et bon vivre … tout ce qu’il nous faut pour nous réconcilier avec la Chine et ses chinois !

Lundi 2 juillet nous prenons donc le train pour Guilin, et là, nous ferons un transfert pour Yangshuo. Le trajet dure 28H officielles. C’est la première fois que nous ferons un trajet si long. Nous choisissons de le faire en « Hard sleeper », c’est moins cher. Les couchettes sont parait il dures, et le coin est exigu, on verra bien. Pour l’heure nous sommes bien contents de quitter Pékin, nous courons vers notre Terre Promise. Et heureusement que nous courons d’ailleurs, pour combler l’absence de métro devant nous conduire à la gare de Beijing West, celui-ci semblant tout simplement ne pas être construit, tout en étant pourtant indiqué sur la carte … travail de chinois!

 

Pékin Yangshuo

 

Nous découvrons le concept du train couchette. A chaque wagon, il y a  un contrôleur, pour le notre c’est une femme. Celle-ci s’occupe de prendre notre ticket à l’entrée, et nous le rendra juste avant d’arriver à notre station. Ça tombe bien, on se demandait justement comment on allait reconnaitre notre gare d’arrivée ! La pauvre dame passera aussi tout le trajet à ramasser les poubelles et les détritus que les voyageurs ne manqueront pas de laisser derrière eux.

 

Pendant 28h, puis finalement 29H30 réelles, nous nous mettons en condition pour supporter la position couchée tout ce temps.

 

Il est difficile de se mouvoir dans le wagon, et puis, il n’y a pas grand-chose d’autre à faire ! On se met donc en position, et on dort. Puis on mange. Puis on dort à nouveau. On observe le paysage qui défile et change peu à peu sous nos yeux. Nous sommes hypnotisés. Et on dort à nouveau. On observe les chinois, on les regarde évoluer. Ils sont étonnamment calmes. A part un ou deux troublions, on s’attendait à pire. Ils dorment, et ils mangent.  En fond sonore on entend ce qui semble être une télé, un film, assez fort. Qui est donc celui qui se fiche des autres pour regarder son programme favori sans mettre ses écouteurs ? Non, il s’agit en fait de la « radio » du wagon. Toute la journée elle diffusera des émissions, films, musiques, dont tout le monde, chinois y compris semble se foutre royalement. Il y a deux néons qui éclairent chaque compartiment. 2 gros néons. On espère qu’ils vont les éteindre peut être durant la nuit ? Chaque compartiment est composé de 6 couchettes, 3 x 2. Nous avons les couchettes du milieu. De cette façon, on peut observer tout le monde, et sans avoir les néons dans le nez. Il y a de temps en temps des vendeurs ambulants, que vendent-ils ? Ils braillent des choses que bien sûr nous ne comprenons pas … Il nous faut bien manger, mais après l’épisode gastrique subit à Pékin, on a un peu peur … ! Nous avons fait le stock de gâteaux et de chips, mais ça ne nourrit pas son homme, surtout pas jusqu’au lendemain. On observe une chinoise qui mange un plat qu’elle vient d’acheter sur un de ces chariots ambulants, puis on se lance.

Bon, c’est pas pire que les sandwichs SNCF, et puis au moins, il y a du riz !

La nuit se passe ensuite, les heures restantes diminuent, tout comme le nombre de passagers du wagon. Il y a des arrêts fréquents, même la nuit. Quand nous nous réveillons au lever du jour, c’est calme, il n’y a plus personne, ou presque.

 

dodo

 

Une femme vient de débouler dans le wagon avec ses 2 jeunes enfants. Elle semble énervée, sur excitée. On comprend vite qu’elle n’a pas de ticket, elle prend une couchette pour y mettre ses deux petits, pour les laisser dormir. La gardienne du wagon intervient, lui chinoise quelques mots, semble lui dire qu’elle n’a pas à être là. Plus tard elle reviendra avec celui qui semble être le contrôleur en chef. Il fait mine de s’énerver, sort sa machine à amendes, puis finalement capitule devant le calme entêtement de cette jeune femme. Cette scène est impressionnante quand on connait la rigueur qu’imposent les « uniformes » chinois, doublée à leur indifférence légendaire. Alors ils auraient donc un cœur finalement ?!  La femme et ses petits resteront  avec nous jusqu’à la fin.

 

2 heures avant l’arrivée, nous rencontrons Rigel et Alberto.

 

2 cousins mexicains, venus en vacances avec la sœur et la mère d’Alberto. Celle ci étudie la médecine chinoise, et en profite pour balader la famille… ils ont un programme de visites digne d’un marathon ! L’échange que nous avons avec ces deux jeunes est très intéressant, c’est un moment magique, reposant.

Rigel étudie les mathématiques et apprend le français, en plus de l’espagnol et de l’anglais qu’il parle déjà couramment. Il est donc ravi de pouvoir s’exercer avec nous. Nous échangeons nos impressions sur la Chine, nous parlons de la France, il nous parle de son pays. Nous lui expliquons notre voyage, il nous invite à venir le voir au Mexique. Nous échangeons nos adresses mails, nous nous prenons en photo, puis nous nous séparons à Guilin, tous  enchantés de cette rencontre….

 

trajet pekin yangshuo train

 

 

〰〰〰〰〰〰〰〰〰〰〰〰

Si vous avez raté notre voyage en Chine:

 

 

 

2 Commentaires

  1. Commentaire par Sly

    Sly Répodnre 8 juillet 2012 at 9 h 42 min

    Ola amigos !
    Que d’aventures et de rencontres dans ce train… Que c’est bon de vous savoir bien et que c’est dur pour nous d’admirer vos photos de paysages qui nous semblent magnifiques et apaisants contrairement à ce que vous nous avez transmis de Pékin ! Comme on vous jalouse… Bien sûr on est très contents pour vous ! Djoul, tu t’es mis à la mode mexicaine pour l’occasion avec ta moustache ? Ahah ! Cool vos rencontres, mais avant le Mexique il vous reste encore du chemin, et plein de choses à nous raconter ! Quelle classe les nowmadz !
    See ya ! On vous kiffe !

    • Commentaire par Nowmadz

      Nowmadz 8 juillet 2012 at 10 h 44 min

      (Julien)
      La moustache a volée ce matin, les chinois commençaient à avoir peur de moi… En plus sans ma vieille moustache de mexicain, j’ai au moins perdu 10° en température corporelle, c’est déjà ça, quand on voit les litres d’eau qu’on transpire à longueur de journée ;-)
      Cet après midi, justement, on profite de la clim de notre chambre en attendant que le soleil arrête un peu de canarder dehors…

      Bisous à vous trois

      On the moustache again

Laisser un commentaire

Allé en haut