Chinois, il crachent donc je fuis

20 juillet 2013

La Chine, première étape de notre voyage nous a réservés de sacrées surprises. Il faut dire qu’on ne s’était pas vraiment préparés à l’avance. De la Chine, nous avions quelques clichés en tête, comme les chapeaux pointus, ou les pandas. Mais finalement, nous ne savions qu’assez peu de choses des chinois…

C’est une fois sur place donc que nous avons découvert ce peuple étrange, dans le sens étranger de nous.Différent, tellement différent.

Autant pourtant le chinois est présent partout dans le monde, autant finalement, on ne le connait pas vraiment.

J’avouerai que nous avons été plutôt interloqués, pour ne pas dire choqués par ce peuple. Choqué ne veut pas dire outré, rappelons le bien. Choqué, c’est prendre un choc, c’est tout. Il n’y a pas de jugement donc dans nos propos. Bref.

Nous aurons l’occasion de revenir là dessus. Aujourd’hui, nous vous proposons un petit aperçu des “chinoiseries chinoises“, de celles qui nous ont marqués et que  l’on pourrait mettre par exemple dans la rubrique «sociologie».

Ca pourrait s’intituler:  «Pourquoi les chinois crachent ils?»

 

chine pekin

Puis nous verrons plus tard: “Pourquoi les chinois se baladent ils le ventre à l’air?” :-)

 

 

Le sujet peut paraitre bien léger, et pourtant il en dit long sur la société chinoise actuelle.

Alors, oui, déjà le chinois crache. Beaucoup. Et fort. Paul Théroux, dans son livre «La Chine à petite vapeur» décrit d’ailleurs très bien le phénomène:

 

«Les Chinois passent leur temps à cracher. Ils se raclent la gorge si bruyamment que la conversation devient inaudible – on dirait le bruit d’un motoculteur ou de quelqu’un qui nettoie une gouttière, ou encore les derniers litres d’eau d’un jaccuzzi en train de se vider. Ils aspirent avec leurs joues : Kurrrkh! puis ils grimacent, mettent leurs dents en position et se penchent. Vous vous attendez à un jet d’au moins cinq mètres, comme un cow-boy dans la pampa, mais non, ils ne lui impriment aucune force. Ils crachent rarement à plus de de quelques centimètres. Ils ne crachent pas juste et loin, ils crachent vers le bas; voilà la différence culturelle essentielle que je mis un an à découvrir en Chine. Ce n’est pas un tir net en plein dans le crachoir, c’est une dégoulinade qui coule à l’extérieur de ce répugnant réceptacle. Ils se plient en deux lorsqu’il crachent, avec une flexion des genoux et une courbure de l’échine en guise de préliminaire. Il n’y a rien d’aggressif. C’est presque silencieux. Ils laissent tomber le glaviot et poursuivent leur chemin.»

 

Nous avons découvert la pratique à Pékin, et elle nous a suivi tout le long de notre aventure chinoise.

Alors, celui qui n’est pas allé en Chine se demandera pourquoi on en fait un tel foin, c’est vrai quoi, que celui qui n’a jamais craché me jette la première pierre! Mais en Chine, c’est culturel, c’est dans les moeurs, on pourrait même dire que ça relève de la santé publique.

Pour rendre à César ce qui lui appartient, il faut avouer que la pratique était courante en France également jusqu’à il n’y a pas si longtemps. Cracher permet après tout de se débarrasser de corps étranger, de se nettoyer les bronches, et le nez non? De virer ces microbes plutôt mauvais pour le corps. Qui, enrhumé, n’a jamais senti le besoin pressant de se débarrasser de ses glaires? Jusqu’il n’y a pas très longtemps donc, cracher se faisait aussi par chez nous. Cracher par terre, je précise, à tout va. Cracher comme un chinois.

C’est finalement Pasteur qui met fin à cette belle coutume en démontrant le principe de propagation des maladies comme la tuberculose, et de contamination par les bactéries expectorées de la sorte. Un décret datant du 22 mars 1942 stipule ainsi qu’ «il est interdit de cracher en dehors des crachoirs prévus à cet effet», le contrevenant s’exposant alors à une amende de 2eme catégorie! La loi est toujours en vigueur, et il arrive encore aujourd’hui que des gens se fassent pincer pour ça.

De la fin du 19eme siècle avec Pasteur, aux années 1960 où l’on supprime progressivement les campagnes anti crachat, on peut dire que la France a mis le temps à prendre le pli!

Mais aujourd’hui, le Crachat, si cher à Léo Ferré est presque banni de la société, et ceux qui l’utilisent le font plutôt à des fins identitaires que véritablement hygiéniques.

 

Chine 27 juin Palais d'été 015

 

Mais revenons en Chine.

Leur manie viendrait également de leur médecine traditionnelle: il ne faut conserver aucun polluant à l’intérieur de soi, tous les déchets doivent être immédiatement expulsés.

Ce que l’on prend pour de la saleté est donc au contraire une preuve d’extrême souci de l’hygiène corporelle. Malheureusement, le problème est le même qu’ailleurs: la tuberculose, ne connaissant ni les frontières ni les règles diplomatiques, envahit également le pays du soleil levant. Pour contrer ces risques sanitaires, les chinois mettent alors en place les fameux crachoirs. On dit d’ailleurs que les chefs d’état ne se baladaient jamais sans leur récipient.

Alors qu’il disparu de nos habitudes dés les années 1920, il faut attendre 1980 pour que les crachoirs soient définitivement balayés de celles des chinois. C’est Deng Xiaoping, qui à la suite de moqueries des autres chefs d’état, décide de virer les pittoresques réceptacles. On dit qu’au cours d’une réunion importante, c’est un diplomate thailandais qui se serait ouvertement foutu de sa gueule, parce qu’il avait son crachoir à ses pieds. Piqué au vif, il renverse la vapeur, et annule l’obligation d’utiliser un crachoir.

Sauf que. Et c’est là que le bas blesse et que la différence se marque avec les sociétés occidentales.

On n’apprend pas du tout aux chinois qu’il ne faut plus cracher. La pratique reste la même, il faut laver son corps de cette pollution et donc expectorer à tout bout de champ. Au diable, la tuberculose et autres maladies! Au niveau nationale, il n’y a en effet aucune campagne marquante cherchant à décourager la pratique.

 

Cependant, ces 20 dernières années ont vu la Chine sortir progressivement de son isolement et s’ouvrir à l’international.

Les chinois s’expatrient, s’installent dans le monde entier et la Chine est aujourd’hui en passe de rafler la première place en tant que puissance mondiale. Il était donc grand temps de remettre un peu d’ordre dans ces pratiques qui ne sont pas sans choquer tout ceux qui y sont étranger. Car c’est un fait, de par le monde, le chinois a mauvaise réputation.

Petit à petit donc, la Chine demande à ses chinois, y compris les expatriés de faire l’effort pour redorer leur image: ne plus cracher et ne plus roter en public, arrêter de parler fort ou ne plus gruger dans les files d’attentes sont quelques unes des recommandations qui sont faites par exemple en 2008 lors des jeux olympiques de Pékin, puis en 2010 pour l’exposition universelle de Shanghai.

 

137794-2004-campagne-publicite-incitaient-chinois

 

 

Oui, il faut attendre les années 2000 pour que l’on commence vraiment à expliquer aux Chinois que cracher, c’est pas bien.

Et c’est dingue, en fait. Car quand on connait l’avancée économique incroyable de ce pays, et la place qu’ils ont aujourd’hui sur la scène internationale, on ne peut s’empêcher de sourire en lisant ces recommandations: on croirait celles qu’on dispense à un enfant qui s’aventure  ou qui découvre le monde.

En 2003, le gouvernement met en place les premières vraies campagnes “anti-crachat” alors que le pays est touché par le SRAS. Pourtant, la Chine connait depuis longtemps de graves épidémies de Tuberculose, mais rien n’était vraiment fait. On peut facilement imaginer que c’est l’ouverture du pays à l’international qui a forcé le gouvernement à enfin agir dans les années 2000. Pour préserver la santé publique? Mmmh, surtout pour redorer son image internationale! Jusque là fermée sur elle même, le pays n’était en effet pas vraiment reconnu actif pour la préservation de la santé, les droits des citoyens etc… dans un autre registre, il est plutôt bien connu pour ses scandales alimentaires: empoisonner son comparse n’est pas une pratique gênante chez le chinois, alors une épidémie…

 

C’est une partie du contraste qui nous avait saisis lors de notre voyage en Chine.

Le pays est par endroit si moderne, si imposant, et tellement développé. On a eu l’impression d’être parfois face à une énorme machine de guerre avançant sûrement, et grignotant le Monde au passage. La puissance commerciale chinoise est certaine aujourd’hui.

Et puis, à côté de ça, on a des chinois qui sont comme des bébés qui ouvrent les yeux sur le monde, à qui on apprend tout juste à comment “bien” se comporter. A qui on dicte enfin quelques règles de “bonne conduite”. Espérons que cet apprentissage leur permettra d’ouvrir aussi les yeux sur d’autres pratiques bien plus controversées que les crachats…

 

〰〰〰〰〰〰

Ne vous étonnez donc pas de voir, d’entendre, de sentir tous ces crachats en Chine!

Encore aujourd’hui la pratique est très courante, et on imagine qu’il faudra des années, peut être un véritable brassage de la population pour que cela ne cesse totalement. Et puis, ce n’est qu’une partie des coutumes qui peuvent choquer un occidental en visite en Chine.

Au début, ça surprend. Puis ça agace, ça dégoute, et marcher dans les glaviots, ça n’est jamais très agréable. Finalement, on s’y fait, et avec le recul, c’est comme tout: on s’habitue!

On a ensuite retrouvé ça dans d’autres pays d’Asie. En Inde, par exemple.

Et c’est toujours plus marquant dans les pays très peuplés. Car comme le dit Paul Théroux:

«Bien sur c’est un pays surpeuplé et il est impossible de balancer un mollard sans taper sur quelqu’un»

Alors, bonne chance!!

 

 〰〰〰〰〰〰

 

En 2010, un permis à points est mis à l’étude à Canton. Cracher par terre, étendre son linge ou garer sa voiture n’importe où, ou la possession de produits inflammables entraineraient le retrait immédiat de points. Au bout de 20 points retirés, le contrevenant serait expulsé de sa résidence!

A l’école est mis en place en 2011 un véritable programme des bonnes manières:

  • A l’école primaire , les élèves se veront enseigner les convenances, le respect des personnes plus âgées et les bonnes manières à table .
  • Au programme pour les collégiens : la courtoisie dans les conversations, comment bien se vêtir et les conventions à respecter lors des échanges par téléphone ou email,
  • Enfin au lycée, la présentation  et comment se comporter dans une file d’attente.

 

 

famille chinoise

 

 

 

〰〰〰〰〰〰〰〰〰〰〰〰

Si vous avez raté notre voyage en Chine:

 

 

 

60 Commentaires

  1. Commentaire par Lucie

    Lucie Répodnre 20 juillet 2013 at 20 h 30 min

    J’avais entendu parler des crachats en Chine mais je ne pensais pas que c’était à ce point-là. C’est vrai que c’est un peu dégueu quand on y pense…J’imagine qu’ils doivent avoir pas mal de cas de tuberculose du coup, non?

    • Commentaire par Nowmadz

      Nowmadz 21 juillet 2013 at 11 h 55 min

      Effectivement, Lucie! La Chine est le deuxième plus grand porteur au monde de tuberculose, après … l’Inde. Deux pays surpeuplés et où les règles d’hygiènes sont quelque peu… douteuses?! Deux pays qui s’ouvrent au reste du Monde et qui vont devoir faire l’effort de se mettre “à niveau”…!

  2. Commentaire par Ta3mam

    Ta3mam Répodnre 21 juillet 2013 at 5 h 39 min

    Nous partons en Chine en octobre, normalement. Alors ton petit guide me sera bien précieux ! Par contre, les glaviots… pas sûre que j’arrive à m’y faire O_O

    • Commentaire par Nowmadz

      Nowmadz 21 juillet 2013 at 12 h 04 min

      Super, ce voyage qui s’annonce! T’en fais pas pour les glaviots, le premier choque toujours un peu :) Et encore, on a pas parlé des rots, ahahaha! On se souvient de trajet en bus assis à côté de chinois qui ont roté tout le long. Au resto, aussi, ça fait bizarre, quand ils rotent juste après avoir aspiré bruyamment leur soupe, hihihi!

      Je me moque, hein, mais on doit bien aussi avoir deux ou trois pratiques douteuses, et puis finalement on en garde un bon souvenir, de ce pays!

  3. Commentaire par Benoit(novomonde)

    Benoit(novomonde) Répodnre 21 juillet 2013 at 8 h 56 min

    Je sens que la Chine n’a pas fini de nous étonner… Bon, j’espère aussi qu’ils ont des coutumes moins crade. Mais ça n’mpêche pas que je me réjouis trop de découvrir ce pays (du reste je m’en vais de ce pas découvrir vos autres articles sur la Chine ;-) )!
    Sinon super article…J’adore comment c’est raconté ;-)

    • Commentaire par Nowmadz

      Nowmadz 21 juillet 2013 at 12 h 01 min

      C’est une coutume parmi d’autres, et heureusement les autres sont bien plus sympas. D’ailleurs la Chine était auparavant connue pour son raffinement…! Il leur reste quelques efforts à faire pour redorer l’image, mais sinon c’est un pays sympa à visiter. Il faut le prendre avec beaucoup de recul, ce qui n’est pas nécessairement facile quand c’est le premier pays traversé!

  4. Commentaire par Bertrand

    Bertrand Répodnre 21 juillet 2013 at 11 h 49 min

    J’ai eu la chance de traverser l’Inde avant la Chine et ces derniers mon semblaient être exemplaires :)
    Sérieusement, je n’ai pas été choqué. Kunming, Chengdu, Xian ou Shanghai, je n’ai rien vu de tout cela, un petit peu dans les campagnes – je me souviens d’un type qui a attendu d’entrer dans le resto pour cracher le plus naturellement du monde mais c’est bien la seule scène qui m’a marqué.
    Le voyage ou comment devenir imperturbable :)

    • Commentaire par Nowmadz

      Nowmadz 21 juillet 2013 at 11 h 59 min

      Es tu passé par Pékin? C’est là qu’on en a vu le plus je crois, et c’était d’autant plus étrange qu’on était dans la capitale, on ne s’attendait pas à ça. Shanghai, c’est différent, d’ailleurs ils prennent les Pékinois pour des bouseux, mais ça ne les empêche pas de cracher quelques glaviots de temps à autre.
      De mon côté, après avoir vu une partie de l’Inde, j’ai dit: “l’Inde, le pays qui me fait aimer la Chine!” Justement car comme tu dis, à côté, ça n’est rien, finalement… voyager de pays en pays permet de relativiser!

    • Commentaire par Bertrand

      Bertrand 21 juillet 2013 at 12 h 29 min

      Non, je n’ai pas été à Pékin.
      C’est sûr qu’avoir une vue d’ensemble permet de relativiser. C’est pour ça qu’il faut faire un “tour du monde” tôt :)

    • Commentaire par Nico

      Nico 21 juillet 2013 at 19 h 17 min

      La Chine c’est le seul pays où dans les bus tu as des petits sachets non pas en cas de malaise mais en cas d’envie de cracher… c’est assez déroutant au début. Après tu t’y fais et tu deviens un expert pour te retourner au bon moment lorsque tu entends un raclement de gorge afin de ne pas être aspergé !

      Mais finalement tu t’y fais mais c’est vrai que c’est déroutant même après avoir passé un mois en Birmanie juste la Chine, pays où ils crachent également beaucoup car ils mâchent beaucoup de bétel.

    • Commentaire par Nowmadz

      Nowmadz 23 juillet 2013 at 11 h 25 min

      Mmmmh, le bétel… on en a un sacré souvenir aussi, mais nous c’était en Inde! La bouche et les dents rouges, le long jet de salive rougeatre qui giclent à droite à gauche… mmmh!

  5. Commentaire par Cécile

    Cécile Répodnre 21 juillet 2013 at 15 h 30 min

    Hahaha les chinois le ventre à l’air, ça c’est clair que je n’ai jamais compris !

    • Commentaire par Nowmadz

      Nowmadz 21 juillet 2013 at 17 h 48 min

      Oui, nous non plus et on n’a jamais eu l’explication. À bon entendeur! :-)

    • Commentaire par Sirhom

      Sirhom 26 août 2013 at 21 h 30 min

      Bah, ils font ça quand il fait chaud – ils font pas ça en hiver… Les fringues modernes, moulantes, inhibent les effets de la transpi.

      Les chinois rendent la liberté à leur bidon, en exposant leur ventre aux quatre vents, ils déballent leur capteur à air frais.

      On notera que ce ne sont pas les maigres en général qui pratiquent, ce sont plutôt les gras, qui disposent d’une plus grande surface active. CQFD.

      …Et parce qu’ils sont un peu coincés, les chinois ne rafraichissent par leurs fesses. Seulement le ventre.

      Les vietnamiens font ça aussi.

  6. Commentaire par Philippe

    Philippe Répodnre 22 juillet 2013 at 8 h 53 min

    Pour les Tee shirts je tenterais bien une explication, … Euh, mauvaise qualité, rétrécissement au lavage? ;)

    • Commentaire par Nowmadz

      Nowmadz 24 juillet 2013 at 14 h 18 min

      Ah ça, c’est bien possible en effet!

  7. Commentaire par Haydée

    Haydée Répodnre 23 juillet 2013 at 17 h 35 min

    Si stopper les crachats résout les problèmes de tuberculoses, qu’en est-il des autres maladies ?

    Je cite : “ne plus cracher et ne plus roter en public, arrêter de parler fort ou ne plus gruger dans les files d’attentes” => Ca ne va pas un peu loin ? On va rendre tout le monde chèvre à force ! ;)

    • Commentaire par Nowmadz

      Nowmadz 23 juillet 2013 at 17 h 43 min

      Ah ah, toi tu n’es jamais allée en Chine!!:-) celui qui s’est pris quelques rots chinois comprend sûrement le sens de cette règle: c’est pas rien, le rot chinois, rien a voir avec le petit rototo qu’on réprime discrètement… Non non c’est un truc énorme, plus il est sonore, mieux c’est et surtout il arrive n’importe ou: au resto, dans un bus, dans une banque, une bibliothèque. Partout. Alors chez eux, c’est normal, mais quand ils s’expatrient ou bien commencent à accueillir des expats, ça peut poser souci… ;) idem pour le fait de gruger dans les files d’attentes, je te promets que c’est systématique: et c’est pas que, mais ils sont nombreux les gonzes, alors imagines, nous, petits occidentaux bien éduqués face à eux: on ne passe jamais!! :-)

    • Commentaire par Haydée

      Haydée 23 juillet 2013 at 18 h 21 min

      En effet, je ne suis jamais allée en Chine! C’est pour l’année prochaine, et je vais lire d’ailleurs attentivement les 10 articles que tu proposes. J’ai trouvé celui-ci très intéressant. Je te dirai ça pendant que j’y serai (comme pour le Pérou pour vous), mais je te crois sur parole sinon.

      La question qui reste en suspens pour moi c’est quelles maladies gardent-ils en eux avec tous ces gros glaviots non crachés ? ;)

    • Commentaire par Nowmadz

      Nowmadz 23 juillet 2013 at 18 h 53 min

      Pas forcément plus de maladies que chez nous, le problème c est justement qu’elles se transmettent grâce aux crachats! Si dans nos pays on a réussi à éradiquer les épidémies c est en grande partie grâce aux règles d’hygiène qu’ils n’ont pas encore adoptés…

      Ah et bien tu me donneras des nouvelles l’an prochain, tu me diras ou en sont les crachats des chinois! ;)

    • Commentaire par Sirhom

      Sirhom 26 août 2013 at 21 h 23 min

      Je suis d’accord, y’a de l’abus, ne pas cracher, ne pas roter, ne pas parler fort, surtout penser à éteindre la lumière quand on fait l’amour…

      Cela dit, les pékinois parlent super fort. Souvent tu crois qu’ils t’engueulent, nan nan, y t’espliquent.

  8. Commentaire par Mélissa

    Mélissa Répodnre 23 juillet 2013 at 23 h 57 min

    Eh eh… C’est la première fois que je vois une petite analyse du crachat chinois! ;A mon avis, cette pratique est là pour rester encore longtemps. C’est tellement ancré dans la pratique culturelle des Chinois que ça va être difficile. Et je suis sure que quand ça deviendra rare, ça manquera. ;)

    • Commentaire par Nowmadz

      Nowmadz 24 juillet 2013 at 9 h 10 min

      Ça manquera, ça manquera, t’y vas fort Mélissa! Ah, ah! ;) d’accord avec toi que cette pratique est tellement ancrée qu’elle ne s’en ira pas comme ça. Tant que resteront du moins, les anciennes générations à mon avis!

  9. Commentaire par Laurent

    Laurent Répodnre 24 juillet 2013 at 13 h 08 min

    Je n’ai jamais testé la Chine mais je pense que les indiens se défendent pas mal aussi en la matière. Et je dois bien avouer, à ma plus grande surprise, que j’ai fini par m’y faire !! Les seules fois où je reste un peu estomaqué, c’est quand une indienne magnifique vêtue d’un superbe sari se racle la gorge jusqu’aux tréfonds et crache, là on y trouve un certain contraste !!

    • Commentaire par Haydée

      Haydée 24 juillet 2013 at 13 h 27 min

      Et pourquoi ça te choquerai plus qu’un gros Indien Laurent ? ;)

    • Commentaire par Laurent

      Laurent 24 juillet 2013 at 13 h 38 min

      Bah disons qu’on associe en générale à l’image d’une belle fille (à tort ou à raison) une certaine délicatesse et encore plus chez les indiennes quand elles dégagent une telle élégance. Alors que le gars gros du bide … ;-) Mais il faudrait peut-être juste que j’y retourne à nouveau quelques mois pour trouvé ça on ne peut plus normal !!

    • Commentaire par Nowmadz

      Nowmadz 26 juillet 2013 at 15 h 27 min

      Ahahah, oui je suis d’accord, une indienne dans ce genre d’action, ça casse un peu le mythe en effet!

  10. Commentaire par Haydée

    Haydée Répodnre 24 juillet 2013 at 13 h 53 min

    J’ai vu un mec hyper beau et musclé qui a fait un rot énorme en se grattant les fesses. Ca casse le mythe aussi non ? ^^

    Bon aller j’arrête de t’embêter, c’est juste je pense que ça peut aller dans les 2 sens !
    Après oui on s’habitue à tout ! ;)

    • Commentaire par Laurent

      Laurent 24 juillet 2013 at 14 h 18 min

      Oui c’est pas faux. Mais pour je ne sais trop quelle raison, je suis un peu moins réceptif à la beautés des mecs ;-)

  11. Commentaire par Jordane de MonBonPote

    Jordane de MonBonPote Répodnre 24 juillet 2013 at 16 h 54 min

    C’est une coutume sympa ! Ca donne envie de se balader en tong dans les rues chinoises…

    Un de mes collègues y est allé pour le taf, il m’a raconté que même dans les bureaux ils ont des poubelles exprès pour lâcher leur crachats, cela dit pas besoin d’aller en chine, y a qu’à voir le quartier chinois de Paris. ;)

    Il m’a bien fait sourire cet article ! Thanks

    Au plaisir,

    Jordane

    • Commentaire par Nowmadz

      Nowmadz 26 juillet 2013 at 15 h 26 min

      Merci Jordane! Ah ça c’est sûr qu’on oublie les tongs en Chine, surtout à Pékin, dans les vieux quartiers. Tout est restés très authentique dans ce coin là! Perso on en garde un très bon souvenir, car avec le temps, on oublie tous ces détails glavieux qui nous agaçaient quand on y était :)

    • Commentaire par Sirhom

      Sirhom 26 août 2013 at 21 h 40 min

      Quand je me baladais à Bangkok, je me suis souvent demandé pourquoi les locaux prenaient tant de mal à éviter les flaques d’eau. A chaque fois, c’était le grand saut, les couples avec une nana à talons, c’était tout une stratégie…

      Gros mystère, jusqu’à ce que je croise quelques lépreux.
      C’est sur, tu lâches les tongs.

  12. Commentaire par LadyMilonguera

    LadyMilonguera Répodnre 1 août 2013 at 22 h 10 min

    J’y étais allée quelques mois avant les JO et les Chinois prenaient de belles amandes s’ils crachaient en public, du coup, cette pratique ne m’avait pas choqué…

  13. Commentaire par Alexia

    Alexia Répodnre 9 août 2013 at 18 h 05 min

    Le crachat est Tjrs d’actu! Et à vous lire j’ai l’impression que c’est de pire en pire… ils crachent dans le métro et dans le bus mais pas/plus? dans le petit sac!
    On pourrait parler aussi du pipi des (grands) enfants dans la rue. Mais pas du tt à l’écart! Hier une gamine (10 ans environ) carrement devant le resto! Bon app!
    Et la clope… partt tt le temps… on avait oublié à quel point c’est désagréable au resto, dans le bus, dans l’ascenseur etc…

    • Commentaire par Nowmadz

      Nowmadz 9 août 2013 at 19 h 48 min

      Ahah, merci pour ce complément d’infos en “Direct Live” de la Chine, Alexia!! Alors, non, ils n”ont pas changé? Faudra que tu nous racontes toutes tes impressions après ton voyage là bas, en plus de ces histoires de pipi-crachats… Nous on en garde un sacré souvenir, même si sur le moment on a également assisté à des scènes insolites au resto, du même type que celle que tu cites, de celle qui te coupe l’appétit en tous cas… Bon voyage, vous êtes à Guilin alors?! Bises!

  14. Commentaire par Blog francophone sur Berlin

    Blog francophone sur Berlin Répodnre 19 août 2013 at 21 h 34 min

    Cette pratique ne m’avait pas choquée outre mesure lors de mon voyage en Chine en 2010, mais c’était pendant l’exposition universelle, et je crois que c’était la même chose que durant les JO, ils pouvaient se prendre des amendes.
    C’est une pratique dégoutante, elle me gêne beaucoup; par exemple, à Paris, les gens crachent énormément, ça me marque de plus en plus.

    • Commentaire par Nowmadz

      Nowmadz 19 août 2013 at 22 h 45 min

      Brrr… J’ai en tête les crachats des chinois: j’espère qu’on n’en est tout de même pas à ce point à Paris! ^^

  15. Commentaire par Reeon

    Reeon Répodnre 19 août 2013 at 21 h 55 min

    Je pense être vraiment ouvert d’esprit mais les Chinois, je peux pas. Ils sont vraiment trop primaires et rustres. Pourquoi, j’en sais rien mais franchement ils sont graves :D

  16. Commentaire par Benoit(novomonde)

    Benoit(novomonde) Répodnre 20 août 2013 at 16 h 45 min

    A peine 12 heures passée en Chine à Pékin et je me suis déjà fait cracher et roter dessus ;-)… Et pas qu’un peu lol… Sacré chinois

    • Commentaire par Haydée

      Haydée 20 août 2013 at 17 h 20 min

      Ahah sympas d’avoir la vision en live Benoît !
      Bon courage, c’est bon je commence vraiment à être préparé pour l’année prochaine :)

    • Commentaire par Nowmadz

      Nowmadz 20 août 2013 at 20 h 06 min

      Ah génial ce petit commentaire en live, donc vous confirmez la pratique?! En tous cas, vous êtes bien arrivés et on voit que le VPN fonctionne bien ;) profitez bien, faut prendre du recul en Chine, pour bien apprécier la démesure de ce pays…dépaysant! À bientôt!

  17. Commentaire par Leslie@Voyage Perou

    Leslie@Voyage Perou Répodnre 22 août 2013 at 15 h 54 min

    haha je me souviendrai toujours de ma première journée en Chine, à Beijing en 2007. Je marchais avec ma tante et tout d’un coup “raaaaaaaaaah” (raclement de gorge intense) et “pouah” (crachat). Je me suis sérieusement demandée si c’était à cause de nous qu’ils faisaient ça au début. Je sais, c’est idiot. Ça fait partie du choc culturel, on en rit après.

    • Commentaire par Nowmadz

      Nowmadz 22 août 2013 at 16 h 21 min

      Ben nous aussi, figure toi qu’on a cru au début que c’était à la vue des “gringos” qu’ils agissaient ainsi!! Puis on a compris que non, quand on a vu qu’ils le faisaient aussi dans les bus, les trains, partout… :)

  18. Commentaire par Sirhom

    Sirhom Répodnre 26 août 2013 at 21 h 55 min

    « Pasteur met fin à cette coutume »… Si je calcule bien il lui aura fallu en gros un siècle pour qu’elle ne passe vraiment. Ce sont en effet plutôt les amendes qui ont joué dans la disparition du glaviot tricolore. Le pipi public aussi a presque disparu, mais on le pratique encore très volontiers autour des pompes à bière, quand vient le week-end.

    Les crachoirs français disparus dans les années 20, les français ne crachant presque plus depuis les années 70, la question que je me pose c’est que sont devenues ces glaires qui ne prennent plus l’air ? Une fois, je bossais au Québec dans une équipe internationale. Je m’étais enrhumé dans le froid hivernal. Au moment du repas à la boite, je mangeais face à une collègue japonaise. Après un reniflement douloureux, j’avalais un peu par reflexe, sans faire gaffe. De ce jour, Junko ne me parla plus jamais. Que faire des crachats qu’on ne crache pas ?

    Les manières, c’est très local et très relatif. Après 2000 ans de christianisme et de déni du corps, elles n’ont plus chez nous qu’un lointain rapport avec de véritables considérations de santé. Un français passerait à raison pour un rustre dans bien des coins du monde. Nos concitoyens ont tellement l’habitude de slalomer entre les fientes de clebs que ça leur parait encore assez naturel. Qu’à Pékin, nos amis canins ne jouissent pas des mêmes libertés qu’en France est du coup assez discret. On ne se rend pas forcément compte que sur ce point, les pékinois sont franchement plus cleans.

    « On apprend pas aux chinois », la formule est un peu limite. Tu veux dire que l’école, l’état devrait enseigner aux petits chinois… Lit un peu vite on pourrait croire que les occidentaux devraient leur apprendre. Quand on lit un peu plus longtemps, on se rend compte que c’est tout à fait ça. Le médical est de notre coté – et c’est bien pratique, mais on comprend bien qu’il ne s’agit au fond que d’une affaire de gout. Le rot, même à plein volume, je crois pas qu’il soit très dangereux, c’est plutôt l’inverse. On pourra surement trouver un médecin de télé pour prétendre le contraire, pour mieux coller à la bienséance. Mais que ne nous fait pas faire ou dire la téloche ?

    Les chinois ne mériteront pas leur position internationale, tant qu’ils n’arrêteront pas de roter. « Espérons que cet apprentissage leur permettra d’ouvrir aussi les yeux… » Non mais sans déconner, ça veut dire quoi ? Quel est le rapport ? Nous français, avons le bon gout de ne faire la guerre qu’à l’étranger, c’est plus propre. Et on ne pète pas à table, mais les deux ne sont pas liés.

    Un peu dommage de faire le tour du monde pour conclure que les étrangers ne nous ressemblent pas assez. Vivement un autre voyage:)

    • Commentaire par Nowmadz

      Nowmadz 26 août 2013 at 22 h 23 min

      Bonjour Sirhom et merci de ton intervention. Ton avis est le bienvenu ici tant qu’il reste respectueux des gens qui commentent ou qui écrivent les articles :)
      Ton analyse aurait pu être intéressante si tu n’avais pas relevé qu’une moitié des phrases écrites en les interprétant ensuite à ta façon, c’en est presque dommage.

      Que les chinois crachent, on l’aura bien compris, c’est par souci d’hygiène. On ne s’est jamais réduits à les critiquer ni à les traiter de gros sales. L’article qui précède ne comporte pas, il me semble, ce genre de réflexion…Sur place, on avoue avoir été choqués les premiers temps, normal, on n’était pas habitués. Et puis à force de se renseigner, d’apprendre, on a compris le principe.

      A quoi sert un voyage si ce n’est justement à découvrir, s’étonner et s’informer des coutumes des autres peuples? Qu’on le fasse à notre façon ne te permet en rien de juger notre façon de voyager, dusse t elle te choquer ou être différente de la tienne.

      Pour revenir à l’article, qu’un chinois crache, on s’en fout. Le principe devient un peu plus dérangeant quand le pays souhaite s’ouvrir à l’international, et donc aux occidentaux. Il y a des règles, une uniformisation qui s’impose d’elle même, qu’elle soit bonne ou mauvaise, et ça, on ne l’invente pas, on n’y peut rien même, du moins elle ne dépend pas de nous, pauvres hères.

      Ceci dit, des règles ont été mises en place par leur propre gouvernement, c’est dire que le principe dérange, et non pas seulement les auteurs ou les lecteurs de ce post :)

      Là où je te rejoins en revanche c’est concernant le français qui pourrait passer pour un gros rustre dans certains pays. C’est vrai, les clichés ont la vie dure. Le français est parait il sale, baiseur et romantique à la fois, rien que ça. La différence néanmoins est qu’on a d’un côté une réputation et d’un autre, un fait. Tu ne peux pas dire que la pratique du crachat n’est pas d’actualité en Chine. Sauf que loin de porter un jugement, encore une fois, on a tenté d’expliquer la chose. Dommage que tu n’ai pas saisi le sens d’un texte qui t’a apparemment dérangé.
      Et de cela, j’en suis désolée, car ça n’était vraiment pas le but.

    • Commentaire par Sirhom

      Sirhom 26 août 2013 at 23 h 20 min

      Merci pour ta réponse:)

      A propos des coupes, je voudrais dire que ça ne se passe pas dans cet ordre, j’interprète d’abord, c’est ensuite que je coupe:)

      L’article ne contient pas c’est vrai de propos hâtifs ou diffamants, tu fais attention à ne pas mettre les pieds dans le plat. C’est plus dans tes commentaires que tu te lâches. L’article montre de ci de là que les vieilles habitudes coloniales ont la vie dure. Je sais que ce n’est pas ton intention. Attention je coupe.

      « Le principe devient un peu plus dérangeant quand le pays souhaite s’ouvrir à l’international, et donc aux occidentaux. Il y a des règles, une uniformisation qui s’impose d’elle même, qu’elle soit bonne ou mauvaise… » Dans cet échange le cœur de la question, c’est qui a besoin de qui. Il est vrai que l’occident est devenu un modèle pour la classe moyenne chinoise. La France parce que classe, les USA parce que roulant encore sur les dollars – pour les chinois ça veut dire classe aussi. Ce constat ne fait que dissimuler que c’est l’occident qui s’enlise dans le besoin. Dans l’espoir de leur placer quelques sacs Vuytons de plus, les représentants français rampent la sueur au front, devant le géant chinois. Demain, il faudra peut-être réapprendre à roter.

      Merci encore de ta patience:)

    • Commentaire par Nowmadz

      Nowmadz 26 août 2013 at 23 h 40 min

      Ah, je vais être tatillonne Sirhom, mais même dans mes commentaires, il ne me semble pas que je me lâche…!
      Sérieusement, je ne juge pas leur pratique, leurs coutumes. J’ai appris et compris le principe.
      Hâtivement on pourrait dire que c’est des porcs: non, ils sont juste différents. L’article était même écrit plutôt en faveur des chinois, si je puis dire, expliquer une pratique qui peut paraitre choquante, tenter d’apporter une réponse pour que de futurs visiteurs ne quittent pas le pays avec une idée fausse ou mauvaise.
      C’est comme ça qu’on a toujours appréhendé notre voyage, bien qu’on ne puisse pas s’empêcher d’être choqués, dans le sens propre, c’est à dire prendre un choc. Mais on s’est chaque fois forcés à aller au delà des clichés et d’essayer de comprendre le pourquoi de la chose.

      Voilà pour le crachat. Concernant ta question du ‘qui a besoin de qui’, elle est très intéressante… on s’était fait cette réflexion d’ailleurs quand nous étions en Chine. Les Chinois ont envahi la place, c’est certain. Ils sont très forts, et ont su se rendre indispensables auprès des pauvres abrutis de colons qui se croyaient plus malins en les exploitant bassement. Ils ont bâtis un nouvel empire, sans aucune frontière cette fois. Les américains envoient tous leurs dollars là bas, la grosse majorité de leur production est délocalisée en Asie. Les pauvres fous. Concernant la France, on n’en est pas loin, malgré notre ministre qui gambade en marinière. De nos trônes d’impérialistes, on imagine bêtement que le pays est encore sous développé et que les chinois sont bêtes.

      Pour aller plus loin, je pense que les chinois vont justement faire l’effort de ‘bien’ se comporter (attention, là, ne coupe pas, le ‘bien’ est entre guillemets) pour s’insérer et envahir encore mieux, encore plus profondément la société occidentale. Ils en sont capables, ils ont une force, ils sont une force incroyable.

      Bien, pas bien, j’en sais rien. Tout ce que je sais c’est que nous occidentaux, on l’aura bien cherché en tous cas.

    • Commentaire par Sirhom

      Sirhom 27 août 2013 at 0 h 04 min

      Oui, il faut faire gaffe, j’ai le ciseau leste.

      Pour les commentaires, c’est les lecteurs – je les ai vus, qui ont commencé:)

      A propos de l’invasion, il y a un point à considérer, et pas des moindre. Les chinois arrivent, tout le monde l’a entendu, ça fait un siècle qu’on en parle. Ce qui est intéressant, c’est que la formule nous place en victimes, alors que l’occident – comme tu le notes, est déjà sur place en Chine, depuis trente ans. Ce qui nous dérange moins.

      Les conneries qu’on nous vend, et qu’on veut plus croire quand on est français, on les refourgue volontiers aux chinois. On sait par exemple que le fait de trouver du coca au supermarché du coin, c’est une preuve de la domination du géant américain. Si c’est les chinois qui achètent du coca, c’est la preuve qu’ils sont libres.

    • Commentaire par Nowmadz

      Nowmadz 27 août 2013 at 11 h 22 min

      Ah, c’est drôle, ça. Alors ils leur servent ce même vieux jus de “liberté”, les occidentaux? Pourtant ils ne sont plus libres eux même… La fin d’un cycle et un autre qui s’apprête à démarrer.
      Intéressant de discuter avec toi, expat en Chine. J’aurai sûrement des questions restées sans réponse, je posterai quelques commentaires sur ton blog bien écrit que je viens de découvrir. (des commentaires sans coupe, c’est pas mon genre à moi :-) )

      Merci du passage, et enchantée de la découverte. A bientôt. Au passage, les gens, passez voir Sirhom, son site est chouette.

  19. Commentaire par Asianytrip

    Asianytrip Répodnre 29 août 2013 at 19 h 44 min

    Salut,
    le Cambodge a la meme tradition. Mais n’etant encore alle en Chine, je ne peux comparer.Pour le bruit durant le repas et le rot, c’est signe que etait bon. De meme au Japon, sans le rot. Parmi les 4 pays traverses, je me rappelle pas avoir vu ca en Thailanfe ou alors, je ne fais plus attention.

  20. Commentaire par Arno

    Arno Répodnre 30 août 2013 at 7 h 22 min

    Cette pratique m’avait choqué aussi au début de mon voyage en Chine et puis finalement je respecté l’adage qui m’est cher “A Rome fait comme les romains”. Et je me suis donc mis a cracher quand je voyais des Chinois cracher.
    C’est marrant, ça m’a attiré de la sympathie des locaux, une sorte de communication par le crachat :-)
    Apres c’est culturel, il est très malpoli de se moucher en Chine par exemple.

    • Commentaire par Nowmadz

      Nowmadz 31 août 2013 at 20 h 18 min

      Oui, c’est vrai: c’est assez surprenant de voir un chinois cracher avant de nous jeter un oeil étonné alors que l’on se mouche… :) Chaque pays a ses pratiques, je sais que lever le pouce pour signifier “un” dans certains pays a une connotation sexuelle. Encore faut il le savoir!!

  21. Commentaire par Corinne

    Corinne Répodnre 30 août 2013 at 23 h 56 min

    Jour 2 en Chine, jour 15 en Asie. Je suis à Hangzhou, où personne ne semble parler l’Anglais. Je cherche à manger, je cherche des images. Succès! Je désigne au type à l’intérieur d’une boutique un truc qui ressemble à du riz cantonais comme on en fait par chez nous dans les restaurants chinois. Il s’y met.
    Je l’entends qui se râcle la gorge bruyamment et qui crache… pendant qu’il fait sauter mon riz. Je me demande où finit le crachat. J’espère qu’il a une poubelle… J’espère que c’est pas dans la poêle.
    Aujourd’hui, entendre quelqu’un cracher dans la rue, en Europe, cela me rend très nostalgique…

  22. Commentaire par Nowmadz

    Nowmadz Répodnre 31 août 2013 at 20 h 16 min

    Mmmh, tu sais nous faire rêver, tu nous donnerai presque faim avec ton récit… Eh Eh!! Moi aujourd’hui, je ne pourrai plus être choquée ni même interpellée par un crachat; personne n’égalera jamais ceux des chinois, impossible.

  23. Commentaire par Guillaume

    Guillaume Répodnre 8 septembre 2013 at 8 h 24 min

    Quand même bizarre cette pratique du crachat !
    Ah si j’avais su tiens ! durant mon enfance j’aurais envoyé ma mère en Chine… Me serais ptet moins fait gronder !!! mdr

  24. Commentaire par Chris @ Tour du monde

    Chris @ Tour du monde Répodnre 10 septembre 2013 at 12 h 23 min

    C’est l’un de ces petits aspects culturels qui surprennent et choquent pas mal de mon de en effet. Si on est assez ouvert et qu’on voyage un petit moment en Chine, le dégout laisse la place à un léger sourire et s’en est presque marrant. Il faut savoir accepter les différences ;)

  25. Commentaire par Virginie

    Virginie Répodnre 16 janvier 2014 at 18 h 14 min

    Merci pour cet article particulièrement intéressant et instructif !
    J’avais entendu parler de cette coutume chinoise. C’est vrai qu’en tant qu’européen ça doit être très spécial d’assister à ça ^^ Mais bon, comme tu dis, c’est comme tout, on s’y habitue !
    Par exemple, quand je suis allée aux EU, j’étais surprise de voir que les gens ne se faisaient pas la bise. Pratique très courante en France mais très déplacée là-bas ! Chacun ses coutumes ! C’est ce qui fait notre identité :)

  26. Commentaire par Julien

    Julien Répodnre 8 septembre 2014 at 8 h 53 min

    La cohabitation difficile avec un chinois est quelque choses que nous avons connu récemment. Le crachat, le bruit en marchant, en faisant la vaisselle, et les bruits de mandibules en mangeant! La différence culturelle est trop grande, plus jamais je n’aurais de colloc chinois!

    Au passage, bravo pour votre aventure, votre site et vos vidéos de toutes beautés!

  27. Commentaire par Nowmadz

    Nowmadz Répodnre 9 septembre 2014 at 16 h 17 min

    @Julien Merci de ton passage et de ton commentaire…allez, on va dire qu’ils sont pas tous comme ça, les pauvres ;)… puis faut reconnaitre une chose, c’est que cette manie n’est pas perçue chez eux comme elle l’est chez nous! Comme quoi, on a beau vivre sur la même planète, on est bien tous très différents!

  28. Commentaire par Lydia (moi aussi!)

    Lydia (moi aussi!) Répodnre 18 décembre 2014 at 20 h 25 min

    Hahaha, moi cet article (très bien écrit au passage) me rappelle mon voyage en Equateur. Oui les Equatoriens crachent aussi, par contre je pense vraiment que c’est parce qu’ils sont sales, puisqu’ils urinent aussi dans la rue, et se mouchent par terre… Bonne continuation!

Laisser un commentaire

Allé en haut