Valparaiso, la Perle du Pacifique

31 janvier 2013

Valparaiso avec ses 300 000 habitants est la deuxième ville du Chili, après Santiago, la capitale. Il faut dire que le Chili, mince bande de terre coincée entre l’Océan et l’Argentine, c’est pas très grand, et les villes sont plutôt réduites, donc 300 000 habitants, pour eux, c’est énorme.

 

Avant l’ouverture du Canal de Panama, Valparaiso était le premier port de commerce sur les voies maritimes de la côte pacifique de l’Amérique du Sud. C’était alors une ville bouillonnante, en plein développement. Selon l’Unesco qui la classe au patrimoine mondial, elle «offre un témoignage exceptionnel d’une phase précoce de globalisation, de la fin du XIXe  siècle» L’essor de la ville fût surprenant par sa rapidité. Les principales ressources de l’endroit furent le blé puis le commerce du salpêtre. Les liens commerciaux s’établirent avec l’Europe et les Etats Unis, mettant ainsi fin à leur dépendance espagnole. Après l’ouverture du canal, et la chute des cours du salpêtre, la ville est tombée en désuétude.

Ça, c’était dans les années 1920.

 

 

Rue dans la partie basse

Rue dans la partie basse

 

La particularité géographique de Valparaíso est qu’elle est dominée par 44 collines formant un amphithéâtre naturel. La ville peut être divisée en deux parties distinctes, la partie basse, avec son port et ses commerces, et la partie haute, les fameux Cerros, lieux majoritairement résidentiels. C’est en effet le terrible séisme de 1720 qui contraignit les habitants à se réfugier sur les flancs des collines.

 

Valparaiso - Partie Basse

Valparaiso – Partie Basse

 

Armada du Chili

Armada du Chili

 

Dans la partie basse, on trouve des grandes places encerclées de bâtiments à l’européenne, et la très belle Armada du Chili.

Avant d’arriver là bas, nous pensions trouver une petite ville portuaire, agréable, colorée et où il fait bon vivre. C’est presque ça. Presque, parce que nous ne savions pas alors que c’est une ville portuaire, oui, mais sans accès à la mer pour les piétons et badauds que nous sommes. C’est le côté un peu frustrant de la chose.

En revanche, le côté coloré et agréable, nous l’avons bien trouvé! Un peu anarchique, certes. Mais une fois l’étonnement passé, on s’en amuse. Les maisons des Cerros semblent construites de bric et de broc, et aucune ne se ressemblent. La plupart aurait en effet été construites avec les restes de bateaux naufragés. On trouve donc beaucoup de tôle, et du bois.

 

 

Valparaiso 3

 

 

Valparaiso 10

 

Nous avons passé 3 jours à Valparaiso. Pour nous loger, nous avons choisi un Alojamiento. C’est en quelque sorte une guesthouse, et là, on est vraiment chez l’habitant. Nous étions chez Eli, une dynamique et très accueillante portenos. Dés notre arrivée, elle nous a dévoilé tous les dédales de la ville, et nous a même organisé nos journées! En nous indiquant au passage deux ou trois bon restos…enfin, tout ce qu’il nous fallait!

Après cet excellent accueil, nous sommes partis en direction de Vina del Mar, une des stations balnéaires favorites des chiliens. Certes, le ville ne rassemble pas les plus belles plages du monde, mais c’est très agréable. Parce que l’ambiance est bonne, et tellement décontractée! On retrouve un peu ce que nous avons découvert à Santiago. La bonne humeur ambiante, le côté serein et presque enfantin des chiliens. Bienveillant. Et ça, malgré les blocs de béton qui selon nous dénaturent un peu le paysage, c’est vraiment agréable.

 

Plage de Vina del Mar

Plage de Vina del Mar

 

Nous avons ensuite visité la ville de Valparaiso, en grimpant dans la partie haute. Une visite bien connue est celle de la maison du célèbre Pablo Neruda, qui y a longuement vécu. Le tristement célèbre Augusto Pinochet est lui né à Valparaiso, mais sa maison à lui, on nous propose pas vraiment de la visiter! Celle du poète, nous n’avons pas pu y accéder, pour cause de grève des employés. Ils revendiquaient en effet l’attribution d’un panier repas et d’un ticket de transport pour les périodes travaillées, ce qui nous a laissé penser que leurs salaires ne devaient pas être suffisants pour couvrir ces frais.

 

Grève chez Pablo Neruda

Grève chez Pablo Neruda

 

Puis nous avons flâné dans les rues, le nez en l’air, et surtout les yeux rivés sur les façades des maisons colorées. Parce que c’est du «street art» là bas. Les artistes s’en donnent à coeur joie, et comme souvent, il y a de très jolies choses, et il y en a des moins belles. On a en effet trouvé parfois que les rues étaient un peu sales, et que ce sont les vilains graphs qui prennent souvent le pas sur les façades colorées.

 

Cerro

Cerro

 

Valparaiso 8

 

La vue des Cerros est magnifique. On voit toute l’étendue de la ville perchée sur les collines, surplombant l’Océan Pacifique. D’ailleurs on voit bien mieux l’Océan de là haut que d’en bas. La côte est en effet totalement occupée par le port, commercial et militaire, ne laissant aucun accès, aucune balade possible aux piétons. Avec la chaleur ambiante, on aurait bien aimé trouver un bout de sable. Et on l’a trouvé! Mais c’est pas très joli…Idem pour les parcs, et espaces verts. Par moment on aurait bien aimé se poser au frais, pique-niquer tranquillement. Mais les quelques parcs ne sont pas bien accueillants

 

Valparaiso 7

 

C’est le côté un peu dommage de notre passage là bas. Cette ville appelée autrefois «Perle du Pacifique» semble aujourd’hui délaissée des chiliens. Heureusement que les touristes s’y rendent toujours! Parait que le gouvernement a voulu y délocaliser le Congrès, afin d’y ramener un peu de vie nationale, mais la plupart des députés rechignent à se rendre dans «ce trou perdu». Pour moderniser la ville, le métro a été installé, la reliant ainsi à Vino del Mar. Et peut être qu’un jour, il y aura plus de plages.

 

Petite plage "Valpina"

Petite plage “Valpina”

 

Nous gardons donc un souvenir tout en contrastes de notre passage là bas, un peu à l’image de Santiago… Mais globalement, c’est plutôt un bon souvenir ;-)


 

 

 

 

 

 

 

 

10 Commentaires

  1. Commentaire par Haydée

    Haydée Répodnre 1 février 2013 at 14 h 49 min

    J’y étais allée il y a un peu plus d’un an. Je me souviens d’une rencontre avec un Chilien qui me dévoile que la légende dit que cette ville a été construire par un ange “bourré”. :p
    J’ai bien aimé cette explication, qui quelque part veut refléter le côté angélique (les couleurs) et le côté délabré !

    Une question : On les appelles les porteños, les chiliens de là-bas aussi? Je pensais que c’était le nom totalement attribué aux habitants de Buenos Aires.

    • Commentaire par Nowmadz

      Nowmadz 2 février 2013 at 0 h 08 min

      Les portenõs sont en fait les “habitants du port” et ça se dit aussi pour ceux de Valparaiso (Valpina, Valpino ça marche aussi)… :)
      On aime beaucoup l’histoire de l’ange “bourré”, en effet ça colle très bien à l’atmosphère de la ville!

  2. Commentaire par Claire et Guillaume

    Claire et Guillaume Répodnre 6 février 2013 at 11 h 03 min

    On avait adoré notre passage à Valparaiso, il y a un petit quelque chose de bucolique, entre le délabrement, notamment des fameux ascenseurs, ou les façades de tôle et toutes ces couleurs, les graffitis qui décorent toute la ville…
    Pas mal la légende de l’ange bourré…

    • Commentaire par Nowmadz

      Nowmadz 7 février 2013 at 22 h 33 min

      Oui, c’est un endroit tout a fait bucolique et unique… Il faut juste être préparé a ne pas atterrir dans une station balnéaire “classique” … Valparaiso n’a rien de classique!

  3. Commentaire par bosselut

    bosselut Répodnre 10 octobre 2013 at 12 h 17 min

    Bonjour,

    Pouvez-vous nous communquer les coordonnées de Alojamiento chez Eli please?
    Merci.
    Et bravo pour votre blog!

    • Commentaire par Nowmadz

      Nowmadz 10 octobre 2013 at 12 h 26 min

      Bonjour à vous,

      Nous avions réservé via booking: http://www.booking.com/hotel/cl/alojamiento-ely.fr.html?sid=19b3f026f8bc1633e373d71da677a30b;dcid=2
      Nous étions très bien chez Eli, seulement il faut savoir qu’il s’agit d’une chambre chez l’habitant et non pas d’un hôtel, on fait donc parti de la maison ;) Pour nous, c’était très bien, et Eli est très sympa: elle nous a donné toutes les infos pour bien visiter la ville + des supers restos!
      Bon voyage ;)

  4. Commentaire par Amandine@Unsacsurledos

    Amandine@Unsacsurledos Répodnre 10 octobre 2013 at 13 h 37 min

    Je ne suis encore jamais allée jusque Valparaiso, malheureusement ma connaissance du Chili se limite au Nord, jusque San Pedro de Atacama.

    Mais Valparaiso a l’air d’avoir une ambiance bien particulière. J’aime ces façades colorées :) (et la photo du chat aussi !). Sympa aussi l’explication de “l’ange bourré” !

    Est-ce aussi pollué que Santiago au niveau qualité de l’air ? (je ne suis jamais allée non plus à Santiago, mais je connais sa réputation d’être irrespirable).

    • Commentaire par Nowmadz

      Nowmadz 13 octobre 2013 at 11 h 58 min

      Salut Amandine,
      C’est vrai que Santiago a une réputation de ville polluée, et on l’a bien confirmé dans notre article la concernant… C’est pas totalement irrespirable, on a vu pire, notamment en Chine et plus précisément à Shanghai (gorge et yeux qui piquent)… Ce qui impressionne surtout, c’est de voir l’épais nuage gris-jaune entourer la ville… A Valparaiso en revanche, rien à voir. Sûrement grâce aux courants d’air marin qui permettent une bonne circulation de l’air. Non vraiment, Valparaiso était une ville agréable à visiter…

  5. Commentaire par Chris @ Tour du monde

    Chris @ Tour du monde Répodnre 10 octobre 2013 at 15 h 53 min

    Quelle température (extérieure et de l’eau) aviez vous à cette période de l’année ?

    • Commentaire par Nowmadz

      Nowmadz 13 octobre 2013 at 11 h 55 min

      Bonjour Chris, pour la température de l’eau, nous n’avons pas testé: les plages de ce côté du Pacifique ne nous ont pas vraiment charmés: grises, avec un océan pas bien attirant. Le climat est particulier en revanche: frais le matin, mais vraiment, et plutôt bien chaud l’après midi. Mais toujours agréable et sans pluie. Ca, c’était en janvier, le reste du temps, je ne peux pas te dire… :)

Laisser un commentaire

Allé en haut