#Portrait: Pauline et les expats

2 mars 2015

Nouveau portrait dans notre série, et nous continuons avec…une lyonnaise! On vous promet qu’on ne fait pas exprès d’interviewer des lyonnais, mais il semblerait que les lyonnais voyagent plutôt pas mal…. Et quant à Pauline, attention, son enthousiasme et sa bonne humeur pourraient bien être contagieux, les plus casaniers d’entre vous n’ont qu’à bien se tenir, car quand on la lit, on se prend à rêver nous aussi à une future expatriation…

 

1/ Bonjour Pauline, pour ceux qui ne te connaissent pas, peux-tu te présenter?

Bonjour tout le monde ! Je suis Pauline, lyonnaise, 25 ans, voyageuse et bloggeuse sur www.workingtheworld.fr , un site qui a pour ambition d’être une plateforme d’échanges entre les voyageurs travaillant à l’étranger et ceux qui veulent le devenir !

 2/ Parle-nous un peu de ton expérience de voyageuse…

Mon expérience de voyageuse… Elle a vraiment commencé en septembre 2013 (et elle continue aujourd’hui). Je suis partie un an et demi, d’abord en Asie du Sud-est, où j’ai traversé le Myanmar, la Thaïlande, le Laos et le Cambodge. Je me suis ensuite installée en Australie pour 6 mois à Perth sur la côte ouest où j’ai travaillé. Après ça je me suis pris des « vacances » en Indonésie et aux Etats-Unis. Je suis revenue en Australie, sur la côte est cette fois, du côté de Cairns et Townsville où j’ai travaillé à nouveau pendant 2 mois, puis je suis partie jusqu’à Melbourne en road trip. Pour finir, j’ai visité la Nouvelle-Zélande avant de rentrer en France, où je suis en ce moment, pour préparer un tour d’Europe en sac à dos .

Pauline5

 

 3/ Comment t’es venue cette idée de partir vadrouiller dans le monde? Quel a été ton “déclencheur”?

Cette envie de partir ne m’est pas venue d’un coup, elle était là depuis longtemps. J’ai toujours aimé voyager pendant mes vacances, partir dans des endroits que je ne connaissais pas, découvrir autre chose. Après mes études (en marketing) j’ai travaillé 1 an en CDD, et je me suis rendu compte que j’étais encore jeune pour commencer à stresser pour ma retraite ! Je n’avais pas envie de m’enfermer tout de suite dans une vie de routine, derrière un bureau.

Je ne dirai pas qu’il y ait eu un élément déclencheur (à part peut-être la fin de mon CDD, qui a déterminé ma date de départ !) mais c’était une envie qui a toujours été présente et que je n’ai pas écoutée plus tôt. Pendant mon CDD je me suis mis à chercher du travail à l’étranger, des recherches qui sont restées infructueuses, et finalement je me suis dit que personne ne m’empêcherai de réaliser mon rêve, même si personne ne voulait m’embaucher ! J’ai entendu parler du Working Holiday Visa, j’ai fait ma demande pour l’Australie le lendemain. J’ai décidé de partir 3 mois en Asie avant de m’installer en Australie, c’est un continent qui m’avait toujours attiré et c’était surtout l’occasion parfaite!

Le problème avec le voyage (si on peut appeler ça un problème !), c’est qu’une fois qu’on a commencé, on ne peut plus s’arrêter ! Donc quand des amis m’ont proposé de se retrouver à Los Angeles pour un road trip de 3 semaines jusqu’à San Francisco, je n’ai pas hésité, et j’ai même décidé d’aller en Indonésie après ça.

Avec le recul, je pense que j’ai eu vraiment de la chance, car j’ai trouvé du travail 2 jours après mon arrivée en Australie et là tout s’est enchainé, j’ai pu voyager pendant plus d’un an sans toucher à mes économies françaises, seulement grâce à mes revenus australiens.

 

Pauline2

 

4/ Tu as passé une année en Australie avec un WHV, comment qualifierais-tu cette expérience, que t’a-t-elle apportée sur le plan personnel?

Quand je suis arrivée, mon premier « soucis » ça a été de trouver du travail. Quand tu vois les prix en Australie, tu comprends vite que sans revenus, tu ne vas pas rester longtemps ! Ma recherche de boulot s’est assez bien passée, j’ai imprimé 50 CV que je distribuais un peu partout, dans les restaurants, les magasins, les auberges de jeunesse. Après 2 jours sur le sol australien, je travaillais dans un restaurant. Ensuite j’ai trouvé un poste plus près de chez moi et plus intéressant pour moi, réceptionniste dans une auberge de jeunesse. J’y suis resté près de 5 mois, jusqu’à mon départ de Perth.

Au niveau du logement, j’ai trouvé assez vite une colloc dans le centre-ville, avec un italien, une japonaise et un colombien, super pour l’échange culturel ! Pour moi ça a été le point fort de mon aventure, pouvoir tisser de vrais liens avec des personnes d’autres pays. Après tout, c’est le but du voyage, sortir de nos horizons et rencontrer des gens différents !

La deuxième partie de mon voyage en Australie, quand je suis revenue des USA et de l’Indonésie en août, s’est tout aussi bien passée. Je suis arrivée à Cairns, où j’ai cherché du boulot pendant 2 semaines, mais je n’ai rien trouvé de sérieux. Du coup je suis partie à Townsville où j’ai trouvé tout de suite deux boulots ; le matin dans un hôtel, et les après-midis et soirées chez un glacier. Après 2 mois je suis partie en road trip et c’était la fin de mon aventure australienne.

Si j’ai quelques conseils à donner à ceux qui veulent travailler en Australie, c’est déjà d’arriver avec un bon niveau d’anglais (où de prévoir de prendre des cours sur place), un CV prêt à être utilisé pour ne pas perdre de temps, et de ne pas hésiter à sortir des grandes villes.

Pour moi c’était une expérience unique ; l’opportunité d’arriver dans un pays que tu ne connais pas et de tout commencer à zéro, trouver du travail, un logement, des amis, dans un endroit complètement différent de ce à quoi tu es habituée. Cette expérience m’a apporté une ouverture d’esprit et une ouverture sur les autres que je n’avais pas avant.

C’est un peu une remise en question aussi, tu te demandes si tu vas réussir à vivre un an à l’autre bout du monde, seule. Et en fait une fois sur place tout va très vite, tu t’occupes des démarches administratives, et tu te rends compte que c’est facile de rencontrer d’autres voyageurs et de s’habituer à une vie différente. Tu prends de nouveaux repères, c’est ça qui est génial !

Grâce à cette expérience, je me suis rendu compte qu’il était facile de travailler à l’étranger! C’est pour ça que j’ai voulu créer mon blog, pour que les gens se rendent compte qu’il ne faut pas avoir peur de partir, il suffit de bien se préparer.

 

Pauline1


5/ Ton blog met à l’honneur les histoires de français partis travailler à l’étranger… 

Oui exactement. Enfin pas que des français, des belges aussi ! et je l’ai fait en 2 langues, français et anglais, pour qu’ils soient compréhensible pour tous et surtout pour que des anglophones puissent témoigner aussi.

En fait quand je suis partie, j’ai reçu beaucoup de messages me disant que j’avais de la chance et qu’eux aussi aimeraient partir mais n’avaient pas les moyens, ou une autre excuse du genre. A mon avis le problème, c’est surtout l’appréhension et la peur de l’inconnu, certains se construisent un mur entre eux et leurs rêves qui leur parait insurmontable ! Travailler à l’étranger, ça parait compliqué, on pense souvent qu’il faut trouver un poste depuis son pays pour assurer ses arrières et ne pas tout quitter « pour rien », et sortir de sa zone de confort, c’est difficile ! Je voulais donc créer un site collaboratif, sur lequel les personnes qui ont cette envie mais n’osent pas sauter le pas puissent poser leurs questions et surtout lire de nombreux témoignages différents qui pourraient les inspirer, les rassurer et les confirmer dans leur choix.

En plus j’adore écouter et lire les histoires de tous ces gens qui ont tout quitté pour s’installer à l’autre du monde ! Je trouve ça fascinant !

 

6/ La phrase d’accroche de ton blog interpelle: “C’est facile de travailler à l’étranger, vous avez juste à sauter le pas!”… pourtant on croit souvent qu’il est justement difficile de s’expatrier, trouver du travail etc…

Oui c’est vrai, c’est un cap à passer, entre le rêve et la réalité ! Entre se dire qu’on aimerait bien vivre aux USA ou en Asie et puis sauter le pas et entreprendre dans cette direction.

Steve (qui vit aux USA depuis 2 ans maintenant) l’explique très bien dans son témoignage , il y a plein de raisons pour ne pas partir, souvent tes proches peuvent ne pas comprendre et essayer de te faire « revenir sur terre », mais c’est une expérience incroyable, on ne revient jamais pareil, on en revient grandi.

Comme Dorian, qui est parti de France en étant un peu paumé au niveau professionnel, il ne savait pas tellement ce qu’il voulait faire. Partir en Australie lui a permis de trouver sa voie, travailler avec des chevaux, ce qu’il va continuer de faire en rentrant.

Une expatriation, ce n’est pas toute une vie, ça peut être un, deux, ou 10 ans, mais c’est une expérience qui permet d’en apprendre plus sur soi, de faire face à l’inconnu et de gagner de la confiance en soi.

 

 

Pauline4

 

7/ Quelle est la principale raison qui a poussé ces gens à s’expatrier? La France ne fait-elle plus rêver, ou bien est-ce juste l’envie de connaitre autre chose?

Je pense que chacun a des raisons différentes de partir. Pour la plupart, c’était qu’ils ne trouvaient pas ce qu’ils voulaient en France, où alors tout simplement qu’ils voulaient une expérience en plus sur leur CV, une soif d’aventure, un besoin de renouveau… Pour certains, comme Jessicaqui est partie sur un coup de tête au Canada en quittant son CDI, c’est la révélation ; elle pense faire une demande de résidence permanente. Je pense que le monde est à portée de main, et qu’il est dommage de rester dans son pays sans tenter ailleurs, après tout qu’est ce qui nous dit qu’un autre pays ou mode de vie n’est pas fait pour nous ? En restant au même endroit, on ne le saura jamais !

 

8/ Dans 10 ans, tu te vois où alors? As-tu un pays de prédilection?

10 ans… c’est loin ! Déjà dans 6 mois, je ne sais pas où je serai ;)

Mon rêve serait de vivre aux Etats-Unis. Comme mon copain est américain ça parait bien parti !! On s’est rencontré au Cambodge, il est avec moi en Europe, mais ce sera bientôt son tour de me faire découvrir son pays ;)

 

9/ Si on veut suivre ton blog et tes voyages, ça se passe où?

N’hésitez pas à me contacter si vous voulez témoigner de vos expériences d’expatriation ou pour toute autre question :

Sur le blog de Working the World  // Sur Twitter, Facebook, Instagram ou encore Pinterest!

 

Merci Pauline pour tes réponses et ta bonne humeur! Peut-être que ce sera à notre tour de témoigner un jour sur ton blog, en tant qu’expat, qui sait? :)

 

 

3 Commentaires

  1. Commentaire par And so my dreams came true

    And so my dreams came true Répodnre 2 mars 2015 at 17 h 24 min

    J’adore !!! :D Superbe interview, vraiment, c’est un plaisir à lire et ça laisse rêveur ! :D

  2. Commentaire par Pauline M

    Pauline M Répodnre 11 mars 2015 at 13 h 50 min

    Ça donne envie, c’est vrai que le monde est à portée de main et qu’il serait dommage de ne pas en profiter … J’adore lire les portraits de voyageurs :)

Laisser un commentaire

Allé en haut