Débuts difficiles a Miami

5 mai 2013

 

Nous quittons la Californie le 26 avril. Direction, la Floride. Notre boucle n’est pas vraiment définie. On sait qu’on atterrit à Miami et qu’on voudrait voir la Louisiane.

On récupère un véhicule qu’on devra rendre à Jacksonville. Pour le reste, on verra…

A Miami, nous retrouvons la famille. Les cousines de Julien, Francesco ainsi que la petite Matilde. Très affectueusement, nous appellerons tout ce petit monde «les italiens», parce qu’ils sont vraiment italiens d’abord!

De cette ville nous ne savons pas grand choses, à part peut être une réputation sulfureuse, un côté bling-bling affirmé. On s’est préparés à ne pas retrouver en tous cas les paysages paisibles de l’ouest américain. Ce sera un changement radical, un autre visage de l’Amérique.

Et on ne croit pas si bien dire. Même préparés, on fait la grimace. A l’arrivée déjà, on a l’impression d’être carrément dans un autre pays. Ici il y a beaucoup d’hispaniques, encore plus qu’en Californie. Ca parle espagnol, les enseignes sont espagnols, la ville tout entière ressemble à celles qu’on a traversées en Amérique du Sud. Premier choc. Pas si grave, si ce n’est que les gens qui nous accueillent sont aussi vachement moins souriants, pas sympathiques du tout. Nerveux. Pour nous qui arrivons remplis de bonne humeur et de sourires californiens, c’est la douche froide. Je note dans un coin de ma tête de refaire l’article sur la Positive Attitude, et de ne l’attribuer qu’à la partie Ouest du pays.

Le lendemain de notre arrivée nous allons récupérer nos italiens à l’aéroport. Ils arrivent un peu fatigués d’une semaine à New York. La petite Matilde, elle, a la pêche en revanche, et n’arrête pas de gigoter. Quel plaisir de les revoir après toute une année!

A l’aéroport, nous récupérons nos véhicules. Nous passons par le même loueur qu’à Los Angeles où tout s’était parfaitement bien passé. Ici, c’est pas la même musique. On attend bien deux heures tellement il y a foule qui se presse devant nous. L’accueil est désagréable. Et quand on a enfin notre voiture, c’est un Dodge Avenger un peu pourri qu’on nous attribue. On avait le choix entre ça, ou un Ford qui n’avait pas été nettoyé à l’intérieur. Mirer les restes de Cookies des anciens occupants, non merci. Finalement, on part avec le Dodge, Julien voulait le tester… Quand on connait la suite, on sait que c’était une bien mauvaise idée!

On laisse nos italiens récupérer un peu, puis on les rejoint dans le quartiers de South Beach. Nous logeons dans le Downtown, et nous mettons environ 1h30 à rejoindre la presqu’ile: les routes et les indications nous sont totalement incompréhensibles, on met un bon moment avant de comprendre leur système de quadrillage. Sur la route, on se fait plusieurs fois klaxonner. Les gens sont nerveux, impatients. Rien à voir décidément avec la Californie!

Lorsque nous arrivons sur la presqu’ile, nous sommes donc déjà un peu échaudés. On essaie tout de même de rester de bonne humeur et surtout de ne pas juger trop hâtivement le spectacle qui s’offre à nous: des Miami B-atch pendues au bras de types ringards et qui tentent une expérience insolite et périlleuse: avancer avec des chaussures improbables dont elles ne savent pas se servir tout en retenant leur jupe trop courte. Il y en a par dizaines, ça fuse de tous les côtés. On est samedi soir, la faune botoxée, body buildée et vulgaire est de sortie… Nan c’est vrai, on a beau être ouverts, plus tolérants, indulgents et tout et tout, on ne peut que trouver ce cirque affligeant. Décidément non, on n’aime pas cet endroit.

Notre groupe réuni, nous avançons perplexes dans ce décor ahurissant. Nos italiens ont échappés de peu à un vomi explosif expulsé d’une voiture alors qu’ils nous attendaient sur le trottoir. La musique criarde explose de tous les côtés. Des voitures défilent remplies de gens nerveux et ringards, toujours.

Heureusement nous passons une très bonne soirée, oubliant vite ce bordel ambiant. On se sépare ensuite en se donnant rendez vous le lendemain pour rejoindre les Keys.

C’est mi-figue mi-raisin que nous rentrons à l’hôtel avec Julien. On se regarde sans se parler, mais on pense tous les deux la même chose: Pourquoi avons nous quitté la Californie..??!

 

image

 

 

 

 

13 Commentaires

  1. Commentaire par LadyMilonguera@Talons hauts et sac à dos

    Je comprends tout à fait ta déception, ce n’est pas non plus le genre d’atmosphère que j’affectionne…

  2. Commentaire par Philippe

    Philippe Répodnre 5 mai 2013 at 18 h 54 min

    Si on comprend bien, il n’y a guère que les italiens qui sont fréquentables en Floride , ;) =D
    C’est un peu dommage tout de même surtout après ce que vous avez vécu en Californie.
    Et les flics à Miami? Sont ils aussi prévenant que sur la côte Ouest? :) :)
    Bisous

    • Commentaire par Nowmadz

      Nowmadz 5 mai 2013 at 23 h 30 min

      Oui, on ne s’attendait pas vraiment à ça, même si on a tous entendu parler de la réputation de Miami, là c’était vraiment bizarre. On regardait tout ça avec un air ahuri, et on ne se sentait pas bien à notre place! A ce moment là, on a vraiment regretté la Californie, c’est clair! Heureusement ça s’est arrangé par la suite… Bref, Miami, à voir pour savoir ce que “bling bling” veut réellement dire!

  3. Commentaire par Philippe

    Philippe Répodnre 6 mai 2013 at 7 h 22 min

    Alors pour rester positifs ;) dites vous que cela vous aura fait apprécier davantage encore les états de l’ouest américain….

  4. Commentaire par À La Fin De La Route

    À La Fin De La Route Répodnre 6 mai 2013 at 8 h 36 min

    Hello,

    Je suis complètement d’accord avec vous. Miami, surtout Miami Beach, n’est vraiment pas ma tasse de thé. Moins sympa, plus cher, le cirque et trop de touristes. La seule ville aux USA ou je me suis vraiment senti comme un portefeuille sur pattes. Après, la Floride a de meilleurs côtés (l’ouest notamment) où, même si ça se sent encore le fric, c’est plus authentique, relax, et moins marqué hispano.
    Après, la Californie est aussi réputée pour être la coolitude incarnée. Donc je comprends le décalage. La Floride et surtout Miami, c’est un peu comme NYC, pas vraiment les Etats-Unis.

    Cheers

    • Commentaire par Nowmadz

      Nowmadz 6 mai 2013 at 14 h 30 min

      Oui, c’est vrai ce que tu dis, Miami est bien la seule ville des USA où ça sentait l’arnaque à touristes à plein nez. Rien qu’a voir le prix des logements sur South Beach: une fortune pour avoir un front de mer, et même en arrière plan! On a ensuite rejoint des endroits plus paisibles et à notre goût, genre Naples ou Fort Myers, et là ça n’avait rien à voir!
      Puis faut voir les dits logements à Miami :-(
      Pour notre curiosité perso on dira qu’on a vu Miami, mais vraiment, on était presses d’en partir!

  5. Commentaire par Pierre Michaux

    Pierre Michaux Répodnre 7 mai 2013 at 6 h 08 min

    Vous confirmez ce que nous avions vécu sur Miami Beach il y a quelques années…circulez, rien à voir…j’espère qu’en vous dirigeant vers le sud de Miami, les keys et le reste de l’état, vous serez moins déçus! Bonne route!

    • Commentaire par Nowmadz

      Nowmadz 9 mai 2013 at 1 h 34 min

      Merci Pierre, c’est exactement ça, circulez! On a pas compris pourquoi on en faisait des tonnes autour de Miami, alors que c’est sûrement le truc le plus beauf qu’on ait vu… On arrive au bout du circuit, le reste est en demie teinte. On préfère définitivement le Grand Ouest Américain!
      Bonne route de votre côté!

  6. Commentaire par Nadege@Miami

    Nadege@Miami Répodnre 9 mai 2013 at 15 h 29 min

    C’est vrai que quand on arrive à Miami, c’est le choc.. complètement différent du reste des USA ! Après il y a vraiment une ambiance particulière (que je n’affectionne pas particulièrement) à South Beach mais bon Miami ne se résume pas à cette partie de la ville !

    • Commentaire par Nowmadz

      Nowmadz 11 mai 2013 at 5 h 14 min

      @Nadège@Miami. Voui, on imagine bien! Mais on n’a pas eu le temps de visiter d’autres quartiers. On a fait comme tous les touristes: illico à South Beach! Je vois que tu as vécu la bas un moment, tu conseillerai d’aller dans quel quartier pour avoir peut être une autre idée de la ville?

  7. Commentaire par Bruno @ Votre Tour du Monde

    Bruno @ Votre Tour du Monde Répodnre 17 mai 2013 at 10 h 24 min

    Alors c’est donc vrai ces “clichés” … Je serais quand même curieux de m’y rendre pour voir ce genre de “faune” de mes propres yeux, ca doit faire un choc de tomber face à une telle société, différente de la notre quoi qu’on en dise !

    • Commentaire par Nowmadz

      Nowmadz 18 mai 2013 at 22 h 54 min

      @Bruno. C’est à peu près pire que ce qu’on n’imaginait en fait.. Après on dira que Miami c’est pas que ça. Oui beh bon, on n’a pas forcément le temps d’explorer la ville en profondeur si on n’y passe qu’en vacances…

  8. Commentaire par Bertille

    Bertille Répodnre 15 mai 2014 at 22 h 49 min

    Eh bah quel article ! Bcp de cliches en effet, certains sont vrais, en effet …Mais, je vis sur South Beach, et je ne reconnais pas completement le decor que tu decris … il faut croire que les touristes vont effectivement dans les coins touristiques (logique en meme temps )et ne cherchent pas ailleurs, parce qu’on a des coins tres paisibles sur Sobe, et perso je ne me suis jamais fait vomir dessus/insulter… les gens sont au contraire super souriants ! Vous etes mal tombes on dirait ;) … pour eviter le cote bling bling de l’ile, il ne faut pas aller sur Lincoln Road et Ocean Drive …

Laisser un commentaire

Allé en haut