Weekend en Normandie: Normandie, tu m’impressionnes !

30 décembre 2016

On peut débarquer en Normandie par hasard (quoique…) ou la traverser en mode Fanjo sur l’autoroute, mais elle nous happe forcément par sa palette de couleurs délicates déclinées du matin au soir sur son tapis verdoyant qui se la coule douce jusqu’à l’océan ou la Manche. Avec 600 kilomètres de côtes, de nombreux sites classés à l’UNESCO, dont le Mont-Saint-Michel, la Normandie se visite et se revisite, forçant toujours l’étonnement. Il y a tant de choses à faire, à voir, qu’on ne sait par où commencer.

J’adorerais vous parler de Dior, un des plus célèbres natifs de Granville, qui n’a jamais cessé de s’inspirer de la Normandie pour créer ses parfums, de Pierre Corneille, Jean Marais, ou encore Laetitia Casta, qui font partie de la longue liste des « gens du pays  normand » connus, mais comme il faut faire un choix, j’emprunte donc la voie des peintres pour vous parler de cette magnifique région et de son patrimoine connu dans le monde entier.

La Normandie, c’est un soupir de l’âme du poète, un mystère pour les peintres, un émerveillement pour les photographes.

 

treport-1687689_1280

 

Normandie, l’inspiration des impressionnistes

Un peu comme aujourd’hui, les Parisiens aimaient se rendre en Normandie, pour prendre un peu d’air pur. Les peintres suivaient le cours sinueux de la Seine avec leur chevalet et leurs peintures, immortalisant des ciels uniques et des miroirs d’eau magiques. Ils y rencontrèrent des peintres américains, et c’est ainsi que l’impressionnisme gagna le monde entier.

GIVERNY

Il faut voir Giverny, un village de 500 habitants, planté au milieu des champs sur un plateau calcaire, la Seine en contrebas, sous la coupole d’un ciel outremer, où tout s’est joué, à l’occasion d’une rencontre. Monet y vit avec sa famille. Le peintre Willard Metcalf passe par là, et toute sa vie va changer. Désormais, ses toiles se vendent. L’argent qu’il gagne, il l’investit dans ses jardins : le clos normand, le jardin d’eau, le pont japonais, les Nymphéas. Rares sont les peintres qui comme Claude Monet ont tout d’abord façonné la nature avant de la peindre ! Imaginez donc une suite de tableaux grandeur nature qui changent au fil des saisons, une véritable féérie d’harmonies, une explosion de couleurs qui vous plongera dans le ravissement.

 

rowing-boat-427374_1280

 

ROUEN, le pays de l’impressionnisme

Lovée dans une boucle de la Seine, Rouen impressionne par la qualité de sa lumière, ses ciels dorés, ses brumes mauves si particulières des bords de Seine et du bocage normand. Consciente de posséder un trésor, la municipalité a toujours favorisé l’art. L’école de Rouen, réunissant les jeunes peintres de 1849 à 1890, est mondialement connue. Pissaro, Monet, Lemaitre, Sisley, Gauguin ont immortalisé ses monuments, ses quartiers : les rives de la Seine, le port, les ponts Boieldieu et Corneille, la rue de la Haute-Vieille-Tour, le quartier Saint-Romain, la cour des Libraires, l’archevêché, la rue de l’Épicerie, la cathédrale Notre-Dame, exprimant ainsi leur attachement pour leur terre natale.

Surtout ne pas rater le panorama de la colline Sainte-Catherine ou Canteleu, d’où l’on surplombe la Seine et l’île Lacroix. Qui a dit que la Normandie, c’était plat ?

 

rouen-884531_1280

 

Le Musée des Beaux-Arts est incontournable, où l’on pourra admirer les œuvres de Pérugin, Véronèse, Rubens, Caravage, Velázquez, Ribera, Poussin, mais aussi celles de peintres plus proches de nous : Ingres, Géricault, Delacroix, et bien sûr une imposante collection impressionniste qui réunit Monet, Sisley, Caillebotte, Pissarro, Degas et Renoir.

Pour les amateurs d’antiquité, Rouen est la troisième ville de France par la qualité et le nombre de ses antiquaires. À voir sans faute le quartier des antiquaires, et surtout la rue Damiette, ou rue des « antiquaires », située entre l’abbatiale Saint-Ouen de Rouen et l’église Saint-Maclou de Rouen, immortalisée par Pissarro par son tableau « Rue Damiette à Rouen » en 1884.

Attablez-vous dans la plus vieille auberge de France : établie au cœur du centre historique depuis l’an 1345, on y respire une atmosphère particulière, chaleureuse et raffinée, façonnée au fil des siècles. Vous dégusterez un menu spécial « Impressionnistes », conjuguant saveurs régionales et recettes d’antan.

Le HAVRE

Le Havre n’est pas seulement une grande ville industrielle et un des plus importants ports maritimes. Elle fut et elle est une source d’inspiration sans limite pour les peintres et photographes. Très touché par la Seconde Guerre mondiale, le centre-ville a été totalement reconstruit sous l’égide de l’architecte Perret, et a été inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. Perret a su créer une cité atypique, unique, qui fait la part belle à la lumière, si chère aux peintres impressionnistes. La ville située au bord de l’océan offre une palette de lumières sur le bleu profond de l’océan, avec plus de 50 nuances de gris lorsque le soleil se couche dans la baie du Havre.

 

lighthouse-121568_1280

 

Le Havre est une ville d’Art, d’Histoire, et… de jardins. Incontournables, les Jardins Suspendus. Étendus sur 10ha, installés dans un ancien fort militaire, ils surplombent la baie de Seine et offrent un point de vue inoubliable sur la mer, le port et la ville.

Le Jardin Japonais, symbole du pays du soleil levant, témoin du jumelage de la ville avec Osaka, surprend par sa végétation luxuriante qui s’épanouit sur fond de couchers de soleil flamboyants.

Le Parc de Rouelles. Aménagé sur le site d’une ancienne ferme, il abrite un jardin de plantes vivaces et un arboretum. Depuis peu, des ânes et des bœufs écossais s’ébattent dans les grandes prairies.

À voir les bassins du Roy et du Commerce.

Grimper sur la colline où campe Sainte-Adresse, dont les falaises crayeuses culminent à 100 mètres au-dessus de la Manche. Le paysage attire de nombreux peintres. La tante de Monet habitait une villa, rayée de la carte lors des bombardements de septembre 1944. De la terrasse, le neveu immortalise les voiliers croisant sur le bleu de l’océan. On apprécie le calme, l’important patrimoine culturel datant de plusieurs siècles.

 

HONFLEUR

Patrie d’Eugène Boudin, Honfleur s’offre depuis deux siècles aux pinceaux de peintres plus ou moins célèbres, tous amoureux de son bord de mer. La campagne normande se fond alors dans l’océan, c’est un festival de couleurs, d’ombres et de lumière. Corot, Millet, Courbet, Turner, Monet, tous ont immortalisé le littoral, mais aussi le port de Honfleur, «vieux » bassin pittoresque, auquel Honfleur doit en partie sa renommée.

«  Je découvre tous les jours des choses plus belles », exprimait Monet dans une lettre à son ami Bazille. Oui, Honfleur, une des rares villes à avoir été épargnées par les bombardements, est bien la cité des peintres. Elle est aussi une des villes les plus visitées de France.

 

honfleur-1308013_1280

 

Temple de l’impressionnisme, Honfleur abrite une centaine de galeries d’Art. Tous les goûts picturaux y sont représentés. Baladez-vous dans ses ruelles pittoresques, à la découverte de ses authentiques maisons étroites aux toits couverts d’ardoise, de ses façades à colombages, de ses petites boutiques.

À visiter la chapelle Notre-Dame de Grâce, aux murs tapissés de peintures et de maquettes de navires offerts par les marins. Sur l’esplanade, s’offre un magnifique panorama sur l’estuaire, le port du havre et le pont de Normandie.

Ne pas manquer La Forge, un lieu d’art au cœur de Honfleur. La maison par elle-même, mais aussi le jardin, le souterrain sont des œuvres d’art.

À voir également, l’Église Sainte-Catherine, datant du 15e siècle. C’est la plus grande église de France construite en bois. Elle fut bâtie par les habitants eux-mêmes qui utilisèrent alors leurs connaissances en matière de construction navale.

 

DIRECTION TROUVILLE-SUR-MER

Trouville n’était qu’un tout petit port de pêche au début du 19e siècle quand Charles Mozin vint y planter son chevalet. C’était un trou perdu, isolé, solitaire. Quarante ans plus tard, les impressionnistes, Monet en tête, l’extirpèrent de l’anonymat, grandement aidés par la « mode des bains ». À la même époque née Deauville sur l’autre rive de la Touques, à l’initiative du duc de Morny. Bientôt la ligne de train Paris-Deauville est construite. Désormais toute une clientèle fortunée débarque sur la côte fleurie, les peintres, tous fauchés, tel Eugène Boudin, y voient là une opportunité à ne surtout pas laisser passer !

 

ouistream-979354_1280

 

Même si Trouville est devenue une station balnéaire, elle a su garder tout son charme d’antan, et elle reste malgré tout un port de pêche. Flânez sur le port, à la halle au poisson et arrêtez-vous à « la poissonnerie », emblématique ! Entre son marché, ses restaurants et ses poissonneries, inutile de chercher plus loin pour déguster des produits de la mer pendant votre séjour !

Très typique de l’époque, à voir le musée Villa Montebello. Construite en 1865 sur une colline face à la mer, elle offre un panorama unique sur la baie de Seine.

L’atout majeur de Trouville est bien sûr sa plage. Couverte de sable fin et de coquillages, elle longe sur 1200 mètres un océan souvent déchaîné sous un ciel chargé de nuages. Côté baigneurs, elle est bordée de magnifiques villas d’époque, chacune ayant un style architectural différent, selon les inspirations du moment. C’est pratiquement unique en France. Côté pécheurs, vous pourrez vous adonner à la pêche à la crevette grise, à la coquille Saint-Jacques.

Optez pour une balade en calèche sur les falaises d’Etretat !

Partez à la découverte des richesses naturelles de la côte d’Albâtre. Au pas des chevaux, vous aurez tout le temps d’admirer les fantastiques espaces du littoral et d’apprécier les couleurs et lumières exceptionnelles de ce lieu hors du commun. N’oubliez pas vos appareils photo. La nature vous réserve un panorama à couper le souffle sous un ciel souvent tourmenté, une nature sauvage sur les falaises blanches, paysages qui ont largement inspiré les peintres impressionnistes, mais aussi des millions de voyageurs au fil des siècles.

Je vous souhaite donc une bonne découverte de ce mouvement phare de l’histoire de l’art, l’impressionnisme, à travers cette splendide région qu’est la Normandie !

 


 

INFOS PRATIQUES OU FUTILES

  • Pour visiter les jardins de Giverny, il est possible d’acheter des billets coupe-file sur le site internet.
  • A Rouen, le Musée des Beaux-Arts se visite tous les jours, de 10 h à 18 h.
  • Toujours à Rouen, le Restaurant La Couronne, situé au 31 Place du Vieux Marché est la plus vieille auberge de France. Les tarifs vont de 25 à 110€ et on y mange vraiment bien!
  • Au Havre, les Jardins suspendus sont ouverts tous les jours de 10h30 à 20h (17h entre octobre et mars). L’entrée est gratuite, seul l’accès aux serres est payant (2€/adulte). Pour visiter les jardins japonais, il faut réserver d’abord.
  • A Honfleur, la Forge est un lieu d’art singulier que l’on peut visiter du vendredi au lundi, à 15 h.
  • A Etretat, une balade sans grosse difficulté permet de découvrir les falaises au départ du Clos Arsène Lupin
  • Maison d’hôtes, gîtes, hôtels ou campings se trouvent dans toute la région (en ce moment, on utilise pas mal le site Holidu qui permet de comparer les offres des principaux fournisseurs).

 

 

 

2 Commentaires

  1. Commentaire par tania

    tania Répodnre 8 janvier 2017 at 15 h 57 min

    c est marrant cette année je suis allée en Normandie plus de fois que ces 40 dernières années
    j je suis allée à Honfleur et Rouen
    le gros coup de coeur a été Granville et les îles Chausey
    je ne sais pas sit tu connais mais c est génial
    véritable coup de coeur
    d ailleurs j y suis allée 2 fois

    • Commentaire par Nowmadz

      Nowmadz 8 janvier 2017 at 23 h 11 min

      Ah non, les îles Chausey je ne connais pas, mais j’en ai entendu parler! Il faudra que j’aille voir ça!

Laisser un commentaire

Allé en haut